Le salaire des personnels d'appui des universités d'Etat pourrait être revu à la hausse

Cette question a été abordée au cours de la dernière session de travail de la Commission coordination universitaire. Ladite session a été présidée par le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr. Jacques Fame Ndongo. L’une des revendications portées par les personnels d’appui des Universités d’Etat du Cameroun pourrait bien être résolue dans les prochains jours. Les personnels d’appui avaient exposé un chapelet de récriminations portant sur la revalorisation du salaire minimum (Smig) dont le décret d’application n’était jusqu’alors pas effectif dans toutes les Universités camerounaises, les avantages et primes, mais aussi leur profil de carrière. Tout cela en contradiction des dispositions du décret présidentiel N°2011 du 18 mai 2011 fixant les dispositions communes applicables aux personnels des institutions universitaires publiques du Cameroun. Tout porte à croire désormais que le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr. Jacques Fame Ndongo est décidé à trouver des solutions concrètes auxdits problèmes, qui gangrènent le fonctionnement des universités publiques, désormais à la merci de toutes revendications. Et le premier acte, c’est bien le dialogue engagé au sein du système de l’enseignement supérieur. Avec la réception à quatre reprises du Syndicat national du personnel d’appui des universités camerounaises (Synapauc). Des instructions fermes ont été données aux chefs d’institutions universitaires en date du 27 février 2019, «d’accorder d’autres primes aux personnels d’appui et leurs représentants lors des conseils». 24h plus tard, le ministre d’État a instruit les recteurs et vice-chancellor des universités, de revaloriser le salaire minimum dans les universités qui stagnait jusqu’alors à 25.078 FCFA au lieu de 36270 FCFA conformément au décret du Premier ministre du 24 juillet 2014.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App