"Le problème c'est Paul Biya." Éditorial du journal l'Avenir.

Dans les prochains jours, le chef de l’Etat va encore embastiller deux de ses « créatures », impopulaire à souhait. Il ne faudrait pas que les camerounais retombent dans le panneau comme d’habitude. Car, Paul Biya est le responsable en chef de ce qui arrive à notre pays. Sinon, comment a –t-il pu nommer pendant 36 ans à de hautes fonctions de l’Etat rien que de « voleurs » ? Edgar Alain Mebe Ngo’o, Atangana Kouna, Marafa Hamidou Yaya , Yves Michel Fotso, Jean –Marie Atangana Mebara , autrefois trop proches du soleil ,sont aujourd’hui en disgrâce avec la justice à cause de l’opération épervier . Même si la justice spectacle a été décrédibilisée par les ingérences de l’exécutif, par un respect peu scrupuleux des droits de la défense et par des poursuites ciblées, ils ont peu de chances de sortir de prison sous Biya. Au sien du sérail, personne ne s’est ému de cette purge. Personne ne s’est avisé de poser la question qui, pourtant, allait de soi : comment un chef peut-il mettre en place une telle bande de malfaiteurs présumés sans être lui-même mis en cause ? L’idée de connaître un destin semblable à ceux des Ben Ali, Moubarak, Kadhafi, Compaoré, Jammeh ou Mugabe ne semble pas l’effrayer. Tenter de le comprendre, c’est un peu partir à l’aventure en dériveur dans le triangle des Bermudes ! Quoi qu’il en soit, le message est clair : dans le Cameroun d’aujourd’hui, mieux vaut ne pas faire de vagues pour durer dans l’entourage du chef de l’État. Mieux vaut aussi ne pas manifester une intelligence trop vive. Ou une envergure trop grande. Mais toujours est –il que le président Paul Biya a construit son système politique sur la base de l’embourgeoisement d’une certaine élite administrative, politique et militaire. Il a voulu tenir tout le monde en laissant les gens volés. Et s’il ferme le robinet, tout le monde tombe, y compris lui-même bien-sûr. En un mot comme en mille, l’homme lion est le héros d’une tragédie qu’il a imaginé .C’est lui qui nomme tous les prébendiers de la République depuis 36 ans. Il est donc comptable et doit assumer.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App