Le président Ambazonien Ayuk Tabe transféré à la prison de kondengui

Les membres du premier gouvernement de l’Etat fictif d’Ambazonie ont été placés en détention à la prison centrale de Yaoundé jeudi. Ils étaient gardés au Sed depuis janvier, mois au cours duquel ils ont été extradés du Nigeria. Sissiku Ayuk Tabe et neuf autres leaders ambazoniens auront passé un total de 297 jours dans les cellules du Secrétariat d’Etat à la défense sans que ne s’ouvre leur procès au tribunal militaire de Yaoundé, pour des faits probables de terrorisme. Ils y ont été reçus jeudi par le commissaire du gouvernement avant d’être transférés à la prison centrale de Yaoundé. S’ils venaient à être jugés dans les prochains jours, ceux-ci pourraient être poursuivis pour secession, guerre civile et révolution, bandes armées et insurrection, selon des pistes suggérées en janvier par le porte-parole des armées, le colonel Didier Badjeck. Ayuk Tabe et ses compagnons ont passé les cinq premiers mois de détention privés du droit de visite. durant cette période, aucune information n’avait filtrée sur leur sort, ce qui avait fait prospérer des doutes sur leur mort. Lilian Ayuk Tabe avait alors réclamé du gouvernement une preuve de vie de son mari. Ceux-ci ont apparus en public pour la première fois, le 01er novembre dernier. C’était pour une comparution devant la Cour d’appel du Centre das le cadre de leur procédure en Habeas corpus [demande de libération immédiate]. Leur présence sur les lieux ne s’est pas faite sans pression de leurs avocats qui avaient refusé de plaider si leurs clients n’étaient pas extraits de prison. Sissiku et ses compagnons d’infortune sont apparus en pleine forme

Social

  • Mobile App