Le port de Kribi veut s'impliquer dans le plan de relance de la filière cacao- café

Du 29 au 30 novembre, le Port autonome de Kribi (PAK) réunit les acteurs de la filière cacao-café pour créer un cadre d’action concerté qui conduirait à une série d’actions visant à la relance de ladite filière, en crise. Parmi les actions à mener, indique Patrice Melom (photo), le directeur général du PAK, il y a la valorisation du potentiel de cette filière par une détermination de la taille du marché, les volumes selon la segmentation des produits (fèves, poudre et beurre de cacao), l’identification et le référencement de l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur du cacao-café, en partant de la production des fèves jusqu’à leur transformation. Selon M. Melom, il ne s’agit pas que d’une simple offensive commerciale pour un port qui recherche des clients, mais d’une approche de fond qui consiste pour le PAK à être partie prenante d’un effort d’ensemble et d’une dynamique globale de stimulation de la productivité générale du pays, à travers l’inversion progressive de son déficit commercial. Cet engagement du port autonome de Kribi intervient dans un contexte ou la filière cacao-café connaît quelques difficultés. En effet, seulement 23 413 tonnes de fèves de cacao ont été reçues au port de Douala, dans la capitale économique camerounaise, à fin mai 2018, c’est-à-dire à deux mois de la fin de la campagne cacaoyère 2017-2018, techniquement rentrée en gare à la mi-juillet dernier. Calculette en main, ces cargaisons sont en baisse de 10%, comparées au 249 573 tonnes exportées à partir du port de Douala sur la même période, au cours de la campagne cacaoyère 2016-2017.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App