Le manque de salles de classe et d'enseignants paralyse l'educatoin dans la ville de Bertoua

Le constat est fait depuis le début de l’année scolaire 2018-2019, des effectifs pléthoriques pour des enseignants absents dans des salles de classe qui existent à peine.Le quotidien Emergence en kiosque ce 4 avril 2019 note que, depuis le début de l’année scolaire 2018-2019, les écoles primaires publiques de la ville de Bertoua rencontrent des difficultés sur le plan infrastructurel, ainsi qu’un manque criard d’enseignants.Le quotidien nous apprend que, l’école publique de Tyorro à Nkolbikon 2 a plus de 900 élèves pour cette année scolaire, mais est dirigée par 3 enseignants seulement, qui donnent cours dans 4 salles de classe pour un cycle complet de la SIL au CM2.L’école publique d’Ekounou située dans l’arrondissement de Bertoua 1er en plein département du Lom et Djerem est «dans un état piteux». «Elle a enregistrée près de 300 élèves avec seulement 4 enseignants pour tout le cycle primaire». Ce qui vient encore aggravé la situation, c’est le sinistre que l’école a subi dans la nuit du 25 au 26 mars dernier.«Ce sinistre a emporté les toitures des salles de classe du CE2, CM1 et CM2. Ce qui freine considérablement le bon déroulement des cours hebdomadaires dans ces salles de classe», note Emergence. Dans les groupes ‘’A’’ et ‘’B’’ de l’école primaire d’application, on a enregistré en ce début d’année scolaire «plus de 1648 élèves, et on recherche 8 enseignants pour 7 salles de classe. Les bureaux des directrices sont logés dans les vérandas de l’établissement». Dans l’arrondissement de Bertoua 2ème, c’est le complexe scolaire de l’ENIA qui vit le manque d’enseignants.Le journal nous apprend que, «des sources dignes de foi au sein de l’établissement affirment que les 2/3 des enseignants sont déjà à la porte de la retraite».Toute cette situation confirme l’état «d’abandon à Bertoua des établissements primaires publics» que rapporte le journal.

Social

  • Mobile App