Le chef Bazou dénonce la mafia autour de la succession à la chefferie Bangou

Dans un entretien à nous accordé, le chef Bazou a démonté pièce par pièce la mafia qui a conduit à l’existence de deux Laa’kam à la chefferie Bangou. Je suis entrain de vous dire qu’en 1937 c’est le chef Bazou mon grand-père qui a procédé à l’arrestation du chef Sinkam Charles. En 1950, c’est toujours mon grand-père Nana qui a procédé à l’arrestation du chef Kemayou Paul Bernard. C’est le notable habilité à le faire Mbe Youkap qui avait remis les deux chefs à mon grand-père. Le peuple Bangou le sait, car l’histoire ne commence pas aujourd’hui. Dernièrement encore, c’est le successeur de Mbe Youkap qui m’a remis le successeur. Que celui qui peut nous apporter le contraire le prouve. Majesté, pouvez-vous nous raconter l’histoire qui lie le peuple Bazou à celui de Bangou? Je vous remercie sincèrement. Je vais déjà vous dire que Bazou a été créé par le Chipou du chef supérieur Bangou. Ne se sentant pas à l’aise, il est allé créer la chefferie Bazou dont je suis le onzième chef de la dynastie. Je suis donc un chef lié à la chefferie Bangou depuis la création Bazou. Bangou serait parti d’une sous-chefferie dans le groupement Baleving dans la Menoua. Et le chef qui a créé Bangou n’est pas parti de la chefferie même, mais du village pour aller en aventure et venir créer la chefferie Bangou, d’où la naissance de notre géniteur. Comment êtes vous arrivé au trône à Bazou? Justement, quand mon père est décédé en 1984, c’est en réalité, sa majesté le chef supérieur Bangou qui devait venir m’installer, selon les us et coutumes. Mais malheureusement, celui qui était là c’est-à-dire le chef supérieur Tayo n’assurait que l’intérim. Donc il n’avait pas le droit de venir m’installer. Alors, c’est le conseil des 7 et des 9 notables, accompagné par les chefs Bamena et Bangoulap, qui sont venus m’installer au trône en 1984. En ce qui concerne la chefferie Bangou, je vais vous dire qu’en 1995, quand j’ai reçu la visite de toute la cour royale à la chefferie Bazou, c’était pour venir me remettre les reliques du chef Paul Kemayou Bernard, qui est mort à Conakry. C’est à ce moment que j’ai compris qu’ il y avait problème à la chefferie Bangou. Et à cette même période, jeune que j’étais, je ne pouvais pas me décider seul. Je suis allé voir les feux chefs Bamena et Bangoulap. Nous nous sommes dirigés à la chefferie Bangou pour aller restituer les restes mortuaires au chef supérieur Tayo, afin de procéder à l’inhumation comme on le fait normalement. Nous avons passé deux semaines de négociation, mais avec le chef Marcel Tayo s’est opposé. Je me souviens qu’en 2001, l’arrêté préfectoral avait mis sur pied une commission chargée d’examiner et d’arrêter les modalités pratiques d’inhumation des restes mortuaires du chef Kemayou Paul Bernard. Cette commission ayant à sa tête le préfet des Hauts-plateaux n’a pas pu mener sa mission à son terme, à cause du refus du chef Marcel Tayo qui s’est une fois de plus opposé énergiquement. Donc, depuis 1995 pour ne pas dire 2001,c’est moi qui détient les restes mortuaires du chef Kemayou Paul Bernard.

Social

  • Mobile App