La garde présidentielle sous protection divine.

Atout Seigneur, tout honneur. Conscient des vicissitudes, auxquelles font face les nouvelles recrues de la Garde présidentielle (GP) depuis le 10 février dernier, le commandant de ce corps d’élite, le colonel Raymond Jean-Charles Beko’o Abondo, les a confiés à Dieu afin qu’il les protège durant cette épreuve. C’était à la faveur d’une prière inter-religieuse célébrée vendredi dernier au Centre d’entrainement et de recyclage au combat (Cerec) de la GP de Ndjoré, dans la Haute-Sanaga. Cette prière a été dirigée entre autres, par l’évêque du diocèse d’Obala, Mgr Sosthène Bayemi Matjei, l’imam Alilou de la mosquée centrale de Mbandjock et le révérend pasteur Thanos Yang de la paroisse de Nkolmesseng. En présence des souspréfets d’Obala, Claude Bernard Nna Mvaebeme, d’Afanloum, Joseph Zoa Owono et de Mbandjok, Annie Barbara Wanko Wankam épouse Sangon Lecco. Dans leurs interventions du jour, les hommes de Dieu ont invité les participants à prôner la paix et le vivre-ensemble. Mais surtout, à bannir les replis identitaires, en s’appuyant sur les saintes écritures notamment, Jean 1 chapitre 4 verset 2,0 où il est écrit : « Si quelqu’un aime Dieu et qu’il déteste son prochain, c’est qu’il ment». Avant de bénir l’assistance, Mgr Sosthène Bayemi Matjei a exhorté le Très haut à être « un soulagement dans la fatigue et une lumière dans l’obscurité » pour ces jeunes. Aux 600 « bleus » dont l’âge varie entre 18 et 23 ans, l’évêque du diocèse d’Obala a prescrit sobriété, vigilance et humilité. « Soyez soumis à vos encadreurs et aux institutions de la nation. Mais surtout, restez fermes dans l’objectif que vous vous êtes fixés en choisissant délibérément de servir la nation », leur a-t-il martelé.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App