Jean Lambert Nang dément être l'auteur d'une publication qui lui est attribuée.

« JE NE SUIS PAS UN LÂCHE » Je reçois, de la part d'amis et de connaissances, des pamphlets dirigés contre des personnages de notre société et des personnalités de la république. Je n'aurais guère accordé la moindre attention à ces écrits truffés de fautes et d'expressions triviales s'ils n'étaient, de façon abusive, signés de patronymes qui, si l'on n'y prend garde, pourraient tout autant abuser le lecteur par un subtil renvoi à ma personne. Cela devient de plus en plus récurrent que des personnes désireuses d'exprimer leurs opinions se servent de fausses identités pour faire porter par d'autres qu'eux, le fruit de leurs turpitudes. J'ai toujours revendiqué ma liberté ; elle est même un trait essentiel de mon caractère. Nul ne peut, en usant de stratagèmes diaboliques [la ruse], me faire endosser des idées ou des positions qui n'émanent pas de ma pensée profonde. Dois-je rappeler que l'acte de prise de parole pour défendre une idée ou une opinion, est un acte de courage que chacun de ceux qui s'y risquent doit assumer? A quoi servirait il donc de déblatérer, de vociférer ou de diffamer derrière le masque d'un autre ? Cela relève tout simplement de la lâcheté et jamais je ne mange du pain de la poltronerie et de la couardise. J'ai toujours assumé mes opinions, qui ne sont dirigées contre personne mais visent à apporter une pierre au débat sur des sujets qui engagent notre nation. Je suis contre la diffamation, contre la justice populaire et celle des médias sociaux, contre les attaques de personnes, sans fondement, dans le seul but de leur nuire. J'ai, personnellement, suffisamment fait les frais des voyous et des snipers sans foi ni loi. Dès lors, j'invite ceux qui pensent que mon nom constitue un bouclier pour leurs sorties médiatiques incontrôlées à se ressaisir et à me laisser maître de mes écrits et de mon destin. Jean-Lambert Nang, le vrai.

Social

  • Mobile App