Filière cacao: encore des choses à revoir

Les lenteurs dans les procédures portuaires, l’évacuation des produits à partir des bassins de production en saison pluvieuse à cause des pistes impraticables, les problèmes administratifs au niveau de la plateforme dématérialisée, sont autant de difficultés rencontrées par la filière cacao. Ils ont été débattus jeudi 14 mars 2019 entre le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, et les intervenants dans la chaine de valeurs cacao (transformateurs, exportateurs, Guichet unique, transitaires, sociétés de contrôle-qualité). Il était question de voir comment résoudre ces préoccupations pour éviter que le cacao n’arrive en Europe dégradé. Pour le ministre, ce sont des problèmes qui peuvent trouver des solutions s’il y a une synergie franche entre les différents intervenants. Quelques pistes de solutions ont été proposées. Notamment, la multiplication de rencontres comme celle d’hier pour faire des évaluations, améliorer la qualité des services, faire l’entretien des routes avant le début de la prochaine campagne cacaoyère, mettre sur pied au port, pour 2 ou 3 mois, un couloir spécifique destiné au cacao. Michael Ndoping, directeur général de l’Office national du caco et du café (Oncc) dira que « le cacao est un bien périssable. Il faut le sortir rapidement. En dehors des solutions proposées, on peut voir avec les entreprises de téléphonie mobile comment améliorer [leur offre,] pour que notre plateforme fonctionne de façon optimale. ».

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App