Fête de l'unité 2019: Le défilé à duré moins de 30 minutes à Bamenda

La célébration a été marquée par un déploiement spectaculaire des forces de défense et de sécurité à la place des fêtes de Bamenda. Ce 20 mai 2019, jour de la célébration de la 47e édition de la fête nationale de l’Unité, les regards étaient aussi braqués vers les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en proie à un violent conflit depuis près de trois ans. Deux régions où des séparatistes armés dictent leur loi. Ils avaient d’ailleurs appelé les populations à observer deux jours de villes mortes pour protester contre l’organisation de la fête de l’Unité. En dépit de ces menaces, dans la ville de Bamenda, les autorités administratives ont tenu a organisé un défilé à la place des fêtes de la ville. Seulement, ce défilé a duré exactement «26min», rapporte le quotidien Le Jour dans son édition en kiosque ce 21 mai 2019. «En dehors d’un déploiement spectaculaire des forces de défense et de sécurité, seuls le lycée bilingue de Bamenda Kwen avec 9 élèves, l’Université de Bamenda, le Cenajes de la même ville, la délégation de la Jeunesse et des militants du parti au pouvoir, le RDPC, arrivés sur la place des fêtes dans des tenues plus convenues, ont participé au défilé, sous escorte des forces de l’ordre», peut-on lire dans le journal. Le gouverneur de la région, Adolphe Lele Lafrique, s’est d’ailleurs «félicité du climat qui règne, malgré les menaces de répression qui pèsent sur ces marginaux qui ont osé braver un mot d’ordre de boycott lancé depuis la semaine d’avant par les sécessionnistes, qui a paralysé la ville depuis le 15 mai». «Comme les années antérieures, ils sont nombreux les citoyens de cette ville frondeuse à penser que cette célébration n’a plus de sens dès lors que tout est décidé à Yaoundé. Mis au moins cette fois, la fête semble avoir été moins violente. L’année dernière, neuf morts avaient été enregistrés dans cinq attaques sécessionnistes dans cette région lors de la célébration», note le journal. Si le 20 mai 2019 a été moins violent dans cette région selon notre confrère, des sources du journal dans la localité de Santa, localité limitrophe de l’Ouest «indiquent cependant que des détonations y ont encore été entendues dans la nuit du 19 au 20 mai 2019».

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App