[Faits divers] Un détenu torturé à mort en prison

Titus Bessong, 22 ans, aurait subi de graves tortures corporelles après avoir tenté de s’évader. Violence carcérale dans la localité de Mbanga, située dans le département du Moungo, région du Littoral. L’affaire est passée sans grand bruit et pourtant Titus Bessong, un détenu de la prison secondaire de cette localité est décédé dans la nuit du 04 au 05 septembre dernier. Il a été torturé à mort, rapporte la station radio Equinoxe ce mercredi 16 septembre 2020. Un cas d’étouffement Quelques jours avant son décès, le garçon de 22 ans avait profité d’une séance de corvée collective dans l’arrondissement de Mombo dans le même département pour s’évader. Pris en chasse par les gardiens de prison, il sera ramené au sein du pénitencier. Ici, il aurait subi de graves tortures corporelles d’après des sources dignes de foi. Il en succombera. Sa dépouille est déposée à la morgue de l’hôpital de district de Mbanga. Les autorités de la ville pour leur part évoquent un cas d’étouffement du défunt. Conditions carcérales désastreuses Ce décès remet au goût du jour les conditions carcérales sont désastreuses dans les prisons camerounaises. A Mbanga, du fait des mauvaises conditions de détention, de nombreux détenus pauvres y meurent faute de soins. Les malades reçoivent les premiers soins dans une cellule sans lit où ils dorment sur le sol nu. Ils ne sont transportés à l’hôpital qu’à l’initiative de leurs parents ou à l’article de la mort, faute de moyens. Sans infirmerie, le pénitencier n’emploie qu’un infirmier. Les détenus de la prison de Douala ne sont pas épargnés. Ici, comme à Mbanga l’infirmerie ne dispose toujours pas des médicaments de première nécessité. Les conditions de détention favorisant toutes sortes de maladies : tuberculose, paludisme, diphtérie, choléra, maladies de peau, fièvres.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App