[Faits divers] Un commerçant échappe à la mort à Bagam par Galim

Il est connu localement sous le pseudonyme “White”. Vendeur de produits cosmétiques et propriétaire d’un kiosque des transferts d’argent par téléphonie mobile, il s’est fait agressé entre Bagam et Mbouda, au lieu dit “Ghiepop” le 11 août dernier autour de À bord de son véhicule pour rejoindre sa ville de résidence, Mbouda dans le département des Bamboutos, Région de l’Ouest-Cameroun, “White” fait la rencontre de quatre individus sur son chemin. Ces derniers lui font croire que leur moto est en panne et ils ont besoin de son soutien pour réparer l’engin à deux roues afin arriver à destination. Un prétexte pour amadouer le commerçant. Agression à main armée Le drame va se produire au moment où “White” a voulu descendre de son véhicule pour porter secours à ces inconnus visiblement en détresse. Il ne se doutait de rien au départ. Sans prévenir, ils vont plutôt l’attaquer en tirant sur lui à bout portant. Selon les témoignages, la balle a touché sa tête mais il a eu la vie sauve grâce à l’intervention prompte des populations riveraines qui ont entendu le bruit de l’arme et des cris. Avant de prendre le large les mains vides et à visages découverts, ses agresseurs ont pris la peine de fouiller l’intérieur du véhicule de “White”. Ils voulaient s’accaparer de sa recette journalière. Mais ils n’ont pas atteindre cet objectif inavoué car dit-on, l’argent était bien dissimulé dans les effets du commerçant. Les populations villageoises venues secourir « White », l’ont conduit au dispensaire de santé le plus proche. En rappel, le village Bagam est situé dans l’arrondissement de Galim, dans le département des Bamboutos. C’est dans cette unité administrative que s’est produite une attaque des bandes armées sécessionnistes ayant causé récemment la mort de plusieurs innocents. On se souvient qu’en début du mois de mars dernier, des «terroristes sécessionnistes» ont attaqué la brigade de gendarmerie et le commissariat de sécurité publique à Galim. Une attaque qui avait causé la mort de 09 personnes dont 05 éléments des forces de sécurité. Cette localité est réputée être la cible des bandes armées séparatistes qui écument les brousses du Nord-ouest. Du fait de sa proximité avec le département de la Mezam dans le Nord-Ouest, les populations locales subissent les effets induits de cette crise anglophone. Malgré les efforts et les assurances des pouvoirs publics pour garantir la sécurité des personnes et leurs biens, on est bien loin d’être sorti de l’auberge.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App