[Faits divers] Sangmelima: De sévère sanctions contre les coupables du conflit intercommunautaire

Une grande réunion de crise s’est tenue hier 11 octobre 2019 dans le chef-lieu du département du Dja-et-Lobo. Félix Nguélé Nguélé, en sa qualité de gouverneur promet de punir les coupables. «Au départ, les scènes de violence observées à Sangmelima les 9 et 10 octobre 2019, n’avaient pas une base ethnique. Mais les affrontements ont par la suite dégénéré en conflit intercommunautaire», d’après le gouverneur de la région du Sud. La version du gouverneur du Sud «Il y a eu un crime ici, perpétré sur un autochtones , mais il y a eu des complicités au moment de la commission de crime et certaines populations allogènes y ont participé. Cela a dégénéré en une espèce de conflit intercommunautaire», a déclaré le gouverneur à la presse. C’était lors de de sa descente sur le terrain, le 10 octobre dernier. Sangmelima sous bon contrôle «La ville est sous tension, les établissements commerciaux sont fermés. Il n’y a pas eu de morts. Il y a eu environ huit commerces qui ont été détruits. Nous avons déployé un dispositif pour faire face à ce qui se passe. Nous avons reçu des renforts d’Ebolowa et de Yaoundé», rassure le patron de la région. Réunion de crise avec les forces vives locales Le gouverneur de la région du Sud a tenu hier vendredi, une réunion de crise. Y étaient conviés, les élites, les responsables des différentes communautés, des représentants de syndicats de mototaxis et des commerçants. À l’issue de la rencontre, le gouverneur a promis des sanctions punitives contre les auteurs. «Force doit revenir à la loi. Ceux qui ont commis ce crime vont être punis conformément à la loi», a annoncé Félix Nguélé Nguélé.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps