[Faits divers] Nord : Des armes lourdes saisies dans le parc national de la Bénoué

Une opération de 05 jours dans le parc national de la Bénoué et dans l’arrondissement de Méiganga a eu une bonne rentabilité. 13 armes de guerre et plus de 700 munitions ont été récupérées par le BIR. Les preneurs d’otages ont refait surface depuis ce début du mois de décembre 2019 suite à la longue période lors de la saison. Leur première action de ce mois avait eu lieu dans la nuit du 4 au 5 décembre dernier, un échange de coups de feu entre les preneurs d’otages et les forces de défense constituées essentiellement des éléments du 4e Bataillon d’intervention Rapide (BIR) de Garoua, et du 5e BIR de Ngaoundéré. Au décours de 30 minutes d’échange de coups de feu, 04 malfrats ont été abattus, 09 Kalachnikovs AK47 ont été récupérées avec plus de 500 munitions de guerre, 26 boites chargeurs, 05 chasubles porte-chargeurs, des effets vestimentaires, des denrées alimentaires, des téléphones portables ainsi que des plaques solaires. A côté de tout ceci, il y avait des cadenas et des chaînes. Un élément du 5e BÏR ayant participé à l’opération avait raconté selon le journal l’œil du Sahel que : «Le boss a eu des renseignements sur une présence suspecte des hommes dans le parc national de la Bénoué. Il nous a réuni et a également informé son collègue de Garoua, qui a aussi réuni ses éléments. Nous nous sommes tous retrouvés sur les lieux. Ces malfrats ont senti notre présence et ont ouvert le feu sûr nous en premier. Dieu merci, nous n’avons enregistré aucune perte en vie humaine de notre côté». Cela avait été précédé d’un assaut dans le parc national de la Bénoué, plus précisément dans la nuit du 1er au 2 décembre 2019, après avoir reçu un bon renseignement, les éléments du 5e BIR se sont rendus dans la localité de Djaouro-Fio, dans l’arrondissement de Méiganga, département du Mbéré dans l’Adamaoua. L’exploitation dudit renseignement a permis la découverte d’une cache d’armes où étaient dissimulés 04 Kalachnikovs AK47, plus de 200 munitions de guerre, 08 boites chargeurs, ainsi que des chaînes et cadenas pour maintenir en captivité les otages. Les responsables auraient été cherchés depuis juillet.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps