[Faits divers] Mal gouvernance : Paul Biya s'auto-flagelle ?

Le chef de l’État vient de prendre conscience des vices d’une administration qu’il dirige depuis 39 ans. La notification du chef de l’État semble surprendre plus d’un au vu des années des manquements criards que traverse la fonction publique dans sa stagnation. Longtemps dénoncé par le peuple et les usagers le service public camerounais correspond à un siège inamovible où l’immobilisme et la paresse ont fait son nid. À quel moment le chef de l’État se cofinait-il les insuffisances d’une administration qu’il a lui-même définie ? Sa correspondance du 09 mars dernier témoigne de sa hargne contre les fonctionnaires et la façon dont ils gèrent leurs différents services. « La très haute attention du Président de la République a été appelée sur le problème de l’absentéisme chronique des fonctionnaires et agents de l’État ». Une observation pour le moins surprenante tellement le retard des fonctionnaires et leur absence à leur poste de travail sont légions. Toutefois la situation longtemps décriée par les populations n’a pas ému Paul Biya qui décide très tardivement de faire la lumière sur les comportements de ces derniers après qu’ils aient fait subir aux usagers de nombreuses pertes. Entre la lenteur et le retard dans le traitement des dossiers et le monnayage des services les victimes des fonctionnaires courent les rues. Aussitôt demande-t-il au premier Ministre de « tenir en urgence une cession de conseil supérieur de la fonction publique et d’instruire au Ministre de la fonction publique de veiller à la tenue régulière des conseils régionaux de discipline de la fonction publique ». Paul Biya serait-il en train de s’auto flageller ? Placé au sommet de l’administration il est sans doute le principal responsable du mal qu’il dénonce. En tant que chef de l’État c’est- à-dire coordonnateur des institutions étatiques son rôle dans sa sanction n’est pas minimisée d’ autant qu’il lui revient la responsabilité de sanctionner les fonctionnaires irrespectueux des textes. Loin de prendre personnellement la mesure d’un tel acte Paul Biya sollicite l’arbitrage du premier Ministre et dans une certaine option celui du Ministre de la fonction publique or une descente du Président de la République sur les lieux donnerait plus de poids à son projet. La gouvernance par, commission a encore fait la part belle de sa nouvelle décision. En effet elle pourra servir exclusivement à une opération de communication qui va se limiter aux grands débats sans effet pragmatique. Toutes les filières de la fonction publique périssent des absentéismes et des retards à répétition. L’enseignement, la santé, la douane, les pêches et industrie animales et bien d’autres secteurs inquiètent par les scores de ces fléaux réducteurs d’une administration efficace. Cependant la justification du salaire par des bons résultats semble ne pas préoccuper ces fonctionnaires majoritairement titulaires de la fonction publique au moyen de la fraude et de corruption.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps