[Faits Divers]les trois filles retrouvées à Mfou

Ces élèves du groupe scolaire bilingue Fusée sont entre les mains des éléments de la brigade de gendarmerie de Mvog-Betsi à Yaoundé.Vendredi dernier, alors que Grace Pascale Dang Ntsama portée disparue depuis le 4 novembre 2019, allait faire une course, elle est appréhendée par un militaire à Mfou. C’est en vain que cette dernière essaye d’échapper. L’agent des forces de maintien de l’ordre oblige la petite fille à le conduire où se trouvaient ses deux autres camarades. Accompagnés de plusieurs personnes, ils vont mettre la main sur les deux autres fugueuses et élèves au groupe scolaire Fusée à Mvog-Betsi. Une fois arrêtées, les trois filles sont emmenées à la délégation départementale des Affaires sociales de Mfou. C’est la délégation départementale des Affaires sociales qui a saisi la brigade de la gendarmerie de cette ville pour sécuriser celles dont les parents, les enseignants et les camarades n’avaient plus de nouvelles depuis plus de trois semaines. Séraphine Mebara, mère de Christelle Ndzengue Fouda confie que, « c’est mon mari que la brigade de Mfou a appelé vendredi dernier pour lui signifier que notre fille était dans leurs locaux. J’ai très mal aux nerfs parce que je n’arrive pas à dormir depuis qu’elle a disparu. Mon coeur s’est un peu calmé depuis vendredi mais ce qui m’inquiète c’est de savoir quel est son état de santé. Je suis aussi inquiète parce que je ne sais pas comment elle vivait, comment faisait-elle pour se nourrir (elle fond en larmes). J’ai hâte qu’elle rentre à la maison ». Les trois filles ont été transférées à la brigade de la gendarmerie de Mvog-Betsi pour des besoins d’enquête. Grace Pascale Dang Ntsama, Christelle Ndzengue Fouda et Essama Bille, une fois à Yaoundé, elles ont été conduites à l’infirmerie de la gendarmerie nationale pour des examens médicaux. Il faut aussi préciser que les trois filles ainsi que leurs parents ont été auditionné Samedi dernier. Selon le père de Christelle Ndzengue Fouda, « nous avons été entendus parce les forces de l’ordre et les services des Affaires sociales veulent comprendre les raisons de leur fugue. Est-ce que nos enfants ne sont pas parties a cause des mauvais traitements subis à la maison ou alors elles seraient manipulées par une tierce personne ? Et, lorsque les problèmes de pension se sont posé à l’école, elles ne sont pas venues nous en faire part pour que nous puissions régulariser la situation puisque c’est notre rôle de parent », dit-il. Une indiscrétion à la gendarmerie de Mvog-Betsi nous a révélé qu’après de nombreuses investigations entre les deux brigades de gendarmerie, les premiers éléments d’enquêtes attestent qu’un individu de moralité douteuse les a accueillis à Mfou pour des raisons de proxénétisme. Et que cette personne aurait pris contact avec les adolescentes lorsqu’elles fréquentaient le zoo au lieu d’aller à l’école. Les résultats des examens médicaux faits à l’infirmerie de la gendarmerie nationale seront connus aujourd’hui. Entre 9h et 10h aujourd’hui, les présumés proxénètes seront présentés à la brigade de Mvog-Betsi.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App