[Faits Divers]le BIM neutralise deux ravisseurs à Mbaimboum

Trois armes de guerre ont également été récupérées par l’armée. Le 15 octobre dernier, une information donnée par un berger aux militaires a été capitale. Celui-ci leur en effet dit avoir vu des malfrats avec des otages dans une brousse de Mbaimboum. «Il lui aura fallu deux jours de marche pour venir alerter les militaires», précise une source sécuritaire. Toujours est-il que le 17 octobre, vers 13h, les militaires profitent d’une pluie pour progresser vers la direction indiquée par le berger. Après une dizaine de kilomètres dans la brousse, ils tombent sur un groupe de quatre malfrats armés. Il s’ensuit un échange de tirs dans cette brousse de Bigao à Mbaimboum. Deux malfrats sont abattus et le troisième homme de la bande jette son arme tandis que quatrième réussit à se fondre dans la nature. En plus de ces hors-la-loi neutralisés, les militaires récupèrent trois armes de guerre de type AK47,. trois boîtes chargeurs, 79 minutions de 7,62 mm, des chaînes, sept téléphones portables, entre autres. «Les otages n’ont pas été retrouvés, sans doute à la recherche d’autres refuges. Et lorsque les dépouilles des deux malfrats ont été ramenées au village, l’un d’eux a été reconnu par la population comme un vendeur de thé au marché de Mbaimboum», relate une source sécuritaire. Tout avait commencé le 1er octobre dernier, sur l’axe reliant Touboro à Mbaimboum, dans la région du Nord. Ce jour-là, Vers 9h du matin, quatre commerçants et leur chauffeur à bord d’un véhicule de marque Carina E, sont enlevés. Le véhicule est abandonné au bord de la route entre les villages Bodo et Kerbai. Alertés, les militaires du 31e bataillon d’infanterie motorisé (BIM) de Touboro et Mbaimboum engagent une opération de ratissage dans les brousses. Mais le 03 octobre, survient une autre attaque des coupeurs de route sur l’axe Mbaimboum-Dompla, entre les villages Ngai et Bakary. Il est à noter que cet axe longe la frontière entre le Cameroun et la République centrafricaine. L’attaque menée par des individus armés, vise un moto taximan et son passager. Mais le conducteur de moto refuse de s’arrêter et les hommes armés ouvrent le feu. Le passager, le nommé Yao, tombe sous les balles. Le moto taximan réussit à s’enfuir, grièvement blessé. A la suite de cette attaque, un autre groupe de militaires de la Brigade d’intervention motorisée est déployé. Après dix jours de ratissage, il y a un premier accrochage entre les militaires et les malfrats sur le montTchabal Ladé, informe une source militaire. Les malfrats réussissent à s’échapper, abandonnant une importante logistique dont des plaques solaires leur permettant de recharger leurs batteries, des rangers noirs, 07 téléphones portables et des flèches empoisonnées. A la faveur de cet assaut des militaires, un otage du nom d’Ousmanou Harouna réussira à recouvrer la liberté.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps