[Faits divers] L'interpellation d'un boucher par le Semil crée des vagues

Des voix s’élèvent pour dénoncer le zèle des éléments de la Sécurité militaire. Djaning Illiassa, chef boucher de la localité de Rabinga, a été interpellé le vendredi 6 mars 2020 par des éléments qui se sont présentés comme étant de la Sécurité militaire (Semil) venu de Yaoundé. L’arrestation a eu lieu dans la localité de Rabinga, situé non loin de l’arrondissement de Ngong dans la Bénoué. Seulement l’affaire divise aujourd’hui les différentes institutions en charge des questions de sécurité et de justice dans la région du Nord. «En fait, l’interpellation de Djaning Illiassa n’en n’est pas une, c’est ni plus ni moins un rapt Des hommes ne peuvent pas, au prétexte d’être des éléments de la Semil mis en mission par le commandant du Semil depuis Yaoundé, débarquer dans le ressort territorial de la Bénoué et kidnapper un individu sans décliner leur identité clairement. On ne connaît rien de leur mission, encore moins de qui les a mis en mission. En l’espèce la loi est claire, c’est à la justice de Yaoundé, d’où ils viennent visiblement, d’informer les responsables de la justice de Garoua qui sont nos chefs, de leur arrivé, du contenu de leur mission. On nous a informés de ce qu’ils ont débarqués et ont interpellé Djaning Illiassa, sans qu’aucune autorité sécuritaire et judiciaire de la Bénoué ne soient au courant. Les gendarmes de Ngong les ont suivis jusqu’au niveau de la localité de Gouna, ils ont refusé de libérer le type et ont pris la direction de Yaoundé. Depuis lors, on est sans nouvelle de Djaning Illiassa et des hommes de la Semil qui l’ont interpellé.» Indique une source proche du dossier. Au niveau de la Semil à Garoua, on affirme ne pas être au courant de cette interpellation. «Nous connaissons bien ce monsieur Djaning Illiassa, il a même été déjà convoqué pour être entendu par nos éléments. En réalité, il est au cœur d’un réseau de vol de bétail dans les localités de l’Adamaoua, dans le Mayo-Rey et dans la Bénoué. Il a été cité dans plusieurs affaires comme étant un receleur des bœufs volés, et on parle là des quantités très importantes. Des plaintes contre lui sont au niveau de Tcholliré, Garoua et Yaoundé, pour vol de bétail, recel et menaces et intimidations. Ca c’est ce que nous connaissons, pour ce qui est de son éventuel interpellation, nous ne sommes au courant de rien du tout, les services compétents doivent se charger simplement de tirer l’affaire au clair», Indique une source proche de la Semil Garoua. L’affaire fait des vagues au sein des appareils sécuritaires et de la justice. En cause, la trop grande puissance des éléments de la Semil qui peuvent se permettre d’intervenir partout sans informer les autorités locales. «C’est une situation embarrassantes, il existe des textes qui définissent les rôles et les responsabilités de toutes les structures en charge des questions de sécurité. Si une institution juge nécessaire de sortir de son territoire pour interpeller un individu, la moindre des choses c’est de prendre des dispositions comme le prévoit la loi, pour informer ceux qui sont en charge de la circonscription où ils doivent agir. En plus, jusqu’ici, je ne suis pas au courant du contenu dossier, mais je ne comprends pas toujours ce que la Semil cherche dans les affaires des civils, j’espère qu’ils avaient une bonne raison pour agir» conclut un haut cadre de l’armée à Garoua.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps