[Faits divers] Grosse bagarre aux obsèques de Paul Éric Kingue

Cette rixe survient suite au refus de la police de sortir le corps du maire pour le placer dans son domicile, ceci pour respecter les mesures barrières. La levée de corps du maire de Njombé-Penja Paul Éric Kingue a eu lieu ce mercredi 24 mars 2021 à la morgue de l’hôpital Laquintinie à Douala. Ensuite, la dépouille a pris la route pour le village Mpoula par Penja. Là-bas, une forte mobilisation s’est déployée pour accueillir la dépouille de l’acteur politique. Sauf que pour respecter les mesures barrières, la police a installé un cordon de sécurité. Une restriction qui a déclenché une grosse bagarre entre la population de Penja et la police. Elle survient suite au refus de la police de sortir le corps du maire Paul Eric Kingue pour le placer dans son domicile, ceci pour respecter les mesures barrières. La population n’entend pas cela de cette oreille, et continue d’exiger que le corps de leur homme fort leur soit rendu. Des tirs au gaz lacrymogènes ont été déclenchés par les forces de maintien de l’ordre. Paul Eric Kingue est décédé dans la nuit du dimanche 21 à lundi 22 mars 2021. Son décès a suscité beaucoup de réactions de la part de la classe politique camerounaise. Après les opposants Maurice Kamto, Cabral Libii… Alice Sadio, l’ex-présidente de l’Alliance des forces progressistes (Afp) a aussi salué la mémoire du maire de la commune de Njombé-Penja. L’hommage d’Alice Sadio « J’apprends à l’instant le décès du président Paul Eric Kingue-pek. Quelle perte! », a-t-elle écrit sur sa page Facebook. Et d’ajouter : « Nous n’étions pas toujours d’accord. Pourtant, je suis profondément admirative du combat qu’il a mené, à sa manière, selon ses méthodes, et dont les séquences pertinentes auront à leur juste valeur contribué à éveiller les consciences des collectivités territoriales décentralisées, dans un environnement sociétal par trop autoritaire et centraliste. » Pour la femme politique, le président du parti politique MPCN (Mouvement patriotique pour un Cameroun nouveau) était un homme admirable : « Même au sein de son ancien parti, le RDPC, son combat pour des mairies autosuffisantes le plaça dans le collimateur de la « nomenklatura » qui fait main basse sur le patrimoine collectif à Yaoundé depuis que le Cameroun existe ».

Website to visit

Social

  • Mobile Apps