[Faits divers] Foumban : Un gendarme jaloux antivirus son rival sur le champ

Il sera lui aussi tué par la population en furie. Triste fin pour jeune homme à Foumban, c’est dans le département du Noun région de l’ouest Cameroun. Les faits remontent dans la nuit du 1er janvier 2020, dans le snack bar à Massangam. Piqué par une crise de «jalousie» l’homme en tenue fait alors irruption dans la maison familiale d’un jeune. Selon le journal Mutations en kiosque c’est une fois dans le domicile qu’il assassine le jeune homme devant ses parents. Pour le journal, c’est la riposte directe de la rixe entre les deux hommes la veille. Ainsi, au soir du premier janvier 2020, la situation tourne au vinaigre entre les deux hommes, qui se vouent une haine. La cause de leur altercation est l’amour pour une même dame de surcroît belle de nuit. Le gendarme est en colère contre le jeune qu’il l’accuse de lui avoir retiré la dame. Sur le coup, il prend la fuite. Mais le gendarme débarque dans leur domicile familiale, le lendemain. Ce dernier est en compagnie de deux de ses camarades et le tue sur le champ. Le père de la victime, connu sous le pseudonyme d«’Ambassadeur», lui aussi reçoit une balle au niveau du pied. Réaction de la population Alertée par le bruit des balles et les cris de détresse, la population en colère sort en masse. Elle riposte durement. Le 3 janvier 2020, en guise de représaille, elle saute alors sur l’un des gendarmes, le roue de coups. Elle tabasse aussi à mort l’adjudant Nfokou. Ce dernier est adjoint au commandant de brigade de la ville. Pour éviter le pire, la gendarmerie fait donc appel au commandant du Bataillon des troupes aéroportées (Btap) de Koutaba. L’unité déploie deux camions de militaires sur place. La présence des militaires calme la population. Les autorités de la ville invitent donc cette population au calme et à la responsabilité. Comme bilan, on dénombre deux morts. A savoir, un civil et le gendarme. A signaler également deux blessés, le père et le grand frère de la victime. C’est un début d’année difficile et triste pour les populations de Massangam. La population dénonce surtout l’excès de zèle et l’abus du pouvoir de la part de certains hommes en tenue. Un contraste pour les forces de l’ordre qui doivent normalement veiller sur la population.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps