[Faits divers] ‹‹ Ernest Obama sera en danger à Kondengui ›› le journaliste Auréole Tchoumi

Selon l’homme des médias, d’anciens ministres en veulent à mort au journaliste Ernest Obama. L’humiliation jusqu’au bout. L’arrestation du journaliste Ernest Obama a été diffusée hier par Vision 4 au journal de 20h. En regardant le journal de Jean Jacques Ze, beaucoup d’hommes de médias n’ont pas compris cet acharnement contre un ancien collègue. Ce métier était à dératiser C’est le cas d’Auréole Tchoumi, le journaliste et analyste politique. « Jean Jacques Ze, journaliste avec grand J m’a prouvé hier que ce métier était à dératiser. Lui d’abord serait à bannir et j’assume mes propos. Ensuite cette apprentie Journaliste qui a fait un reportage morose et chargé de fautes tant dans le fond que sur la forme. Eux aussi me dira-t-on, ont obéi à une injonction de la haute hiérarchie », a-t-il écrit ce matin sur sa page Facebook. En tant que reporter, Auréole Tchoumi dit qu’il aurait procéder autrement. Sans montrer Ernest Obama avec les chaussures retirées aux pieds. Il aurait utilisé les images d’archives de bout en bout et les photos aussi. « Le journal insipide que présente Jean Jacques Ze ne doit pas être le lieu de la quête de promotion ou de la satisfaction des désirs bestiaux des forces tapies dans l’ombre ». Ajoute le journaliste. La mafia s’est mise en œuvre Concernant les charges contre l’ex-directeur de Vision 4, l’analyste politique se dit surpris. Comment peut-on accuser un journaliste de Complot contre l’État dans une affaire qui l’oppose à son employeur ? Se demande-t-il. « La mafia s’est mise en œuvre. Mais je leur rappelle qu’Ernest Obama sera en danger à Kodengui. Il y sera pris pour cible et ne passera pas 72h sans que sa vie ne lui soit ôtée. Encore moins au SED ou d’anciens ministres lui en veulent à mort. Si vous n’avez pas de preuves bétonnées comme l’exige les textes de loi et les conventions ratifiées par le pays, libérez Ernest ». Conclut Auréole Tchoumi.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps