[Faits divers] Douala : Les populations de PK13 prisonnières d'un ravin

Les riverains appellent la Communauté urbaine de Douala au secours. Le danger est réel. Les populations de PK13, quartier situé dans l’arrondissement de Douala 3ème, flirtent avec la mort au quotidien. En cause, un ravin qui ne cesse de s’agrandir depuis des années et appelle aujourd’hui une intervention urgente. C’est que nous apprend le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune. « Ma maison avait trois chambres. Aujourd’hui je n’en ai plus qu’une, et je n’ai plus de toilettes. Ma famille et moi on se soulage désormais dans le ravin », affirme Rose Bounya habitante du quartier depuis près 38 ans. Construction anarchique Mais comment est né ce ravin ? A l’origine, c’était la route ici. Les voitures y passaient même. Puis les gens ont commencé à construire en grappillant les routes. « Petit à petit, les passages des eaux ont été réduits… Ces eaux ont donc dû se trouver un chemin. De fait, elles l’ont forcé dans la terre. La fissure, une fois réalisée, est allée s’agrandissant. Avec le temps, l’érosion s’est chargée de sculpter des côtes et autres escarpements au ravin qui prenait ainsi forme ». Raconte Albert Ndilock, technicien de génie civil, revendique 36 années de présence dans ce quartier. Risque maximum Aujourd’hui, les populations sont prisonnières du ravin. C’est avec courage que le passant se risque au bord, pour se faire une idée de la profondeur du canyon. Quand il y parvient, c’est pour constater que des ordures en jonchent les parois. Parfois jusqu’au fond du précipice. « C’est vraiment un problème pour nous. Quand il pleut, vous entendez des blocs de terre se détacher ». Relève une riveraine dont le domicile est à quelques mètres du gouffre. « Une équipe de la Communauté urbaine de Douala était là en janvier dernier. Elle a approché la chefferie et effectué des tours ici », explique Albert Ndilock.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps