[Faits divers] Douala : Bagarre générale entre la population et les sapeurs-pompiers

A l’origine de cette altercation, un vilain incendie qui ravage deux immeubles et snack-bar. L’incident malheureux se déroule au quartier Brazzaville à Douala. Une bourgade du 3ème arrondissement de la capitale économique du Cameroun. Dans la nuit du 4 janvier dernier, un grand incendie se déclenche dans le quartier. La furie des flammes ravage au passage, deux immeubles et un snack bar. De l’avis d’un témoin, c’est l’explosion d’un groupe électrogène qui est à l’origine de ce drame. «J’étais assis au bar en train de prendre une bière. Subitement, il y a eu explosion d’un groupe électrogène qui alimentait le coin en l’absence de l’électricité». Raconte un témoin. Pour un autre témoin, les sapeurs-pompiers arrivent tardivement sur les lieux du drame. Le feu se propage donc, causant au passage d’important dégât matériel. Une fois sur les lieux du sinistre après dégâts, les sapeurs-pompiers font face à la fureur de la population. « Le feu se déclare à 19h et les sapeurs-pompiers arrivent sur le site seulement après 22h. Cet incendie a débuté depuis trois heures de temps. On appelle les sapeurs et ils arrivent ici sans eau». Relate un riverain. Gendarmerie de Nkolouloun Par la suite, il poursuit, « un premier véhicule des soldats du feu, arrive sur les lieux. Il est alors caillassé. Ses occupants sont sauvés grâce à l’intervention des éléments de la brigade de gendarmerie de Nkolouloun, du commissariat de 8è arrondissement et une équipe du Gmi no2 de Douala ». Conclut celui-ci. « Les gens disent que nous sommes venus sans eau. Mais il n’y a que des hommes insensés qui peuvent quitter, prendre les armes sans munitions pour aller à la guerre. Nous ne pouvons pas prendre les engins vides pour aller en intervention». Se défend de son côté, le capitaine Afuh Hansel, qui cordonne les opérations. On ne déplore pas de perte en vie humaine.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps