[Faits Divers]des réfugiés Camerounais vendent leurs Bébés au Nigeria

La crise sociopolitique qui a secoué les régions anglophones du Cameroun a amené certains réfugiés au Nigéria à vendre leurs bébés, a déclaré le président de la Fondation Ayah International Ayah Ayah Abine a révélé que les difficultés - la principale cause de la traite des enfants dans les camps de réfugiés - assistaient à une augmentation exponentielle du fait de l'intensification du conflit, qui dure depuis trois ans.Les difficultés, a-t-il dit, ont obligé les réfugiés à se livrer à plusieurs autres activités - dont la plupart sont mauvaises - juste pour survivre. "La situation là-bas est vraiment terrible", a-t-il révélé."Nos dames se prostituent pour survivre, les hommes mendient ... La faim est à un niveau qui ne peut être expliqué par des mots", a ajouté Ayah Ayah.Récemment, les conditions de vie difficiles dans ces camps de réfugiés ont poussé une femme de 20 ans à échanger son bébé de plusieurs mois contre 70 000 nairas, soit l'équivalent de plus de 110 000 FCFA. Pour Ayah Ayah, la femme voulait que le bébé survive. "Elle a vendu le bébé à cause de la faim… ne voulait pas que le bébé traverse les mêmes épreuves qu'elle a traversées."La mère aurait expliqué qu'il était préférable pour son enfant de survivre que pour les deux morts.Cette femme, qui est sous la garde de la police nigériane, a refusé de divulguer toute information pouvant conduire à la recherche de l'acheteur du bébé.C’est un exemple parmi une myriade de cas de traite d’enfants dans des camps de réfugiés au Nigéria, qui, selon le président de la Fondation Ayah, ont rarement été remarqués par les autorités, Dans le même temps, plus de 300 grossesses précoces ont été enregistrées dans les camps de réfugiés, a-t-on appris.Le gouvernement camerounais n'a pas encore rendu visite aux réfugiés au Nigéria depuis le début de la guerre d'indépendance ambazonienne en 2016. "Le gouvernement camerounais n'a rien fait pour aider ses réfugiés au Nigeria qui ont fui l'escalade de la violence dans les deux régions anglophones agitées", a déclaré Ayah Ayah Abine.L’assistance du gouvernement aux personnes touchées, selon la Fondation internationale Ayah, n’est pas réelle. «Toute ‘bonne’ initiative émanant du gouvernement à l’égard de ces personnes dans le pays est uniquement politique. Ils s'en moquent pas du tout. » précise Ayah Ayah. La Fondation Ayah International a visité les réfugiés au Nigéria 12 fois en 20 mois.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps