[Faits divers] Des mesures fortes contre les malfrats

A l’issue de la dernière Conférence des gouverneurs tenue le 25 novembre dernier, le gouvernement à travers le Minât a donné des instructions fermes aux forces de l’ordre et de sécurité pour venir à bout de tous les contrevenants durant la période des fêtes de fins d’années. Lors de la dernière assises des gouverneurs, l’exposé développé par le Délégué général à la Sûreté nationale et le secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie portant sur « L’encadrement Sécuritaire des fêtes de fin d’année 2019 ainsi que des élections législatives et municipales du 09 février 2020 », précisait déjà du sort des malfrats qui infestent nos viles et campagnes. On était bien renseigné sur les contours du dispositif que le gouvernement entendait mettre sur pieds pour le maintien de l’ordre afin d’assurer la sécurité des personnes et de des biens sur l’étendue du territoire national durant cette période cruciale. Le Ministre de l’Administration territoriale (Minât), Paul Atanga Nji, qui présidait ladite rencontre, a intimé aux autorités conviées à faire preuve de plus de fermeté et d’engagement dans la conduite du maintien de l’ordre, de la sécurité dans leur territoire de commandement et surtout de la lutte contre le banditisme. Il leur a recommandé, sur instruction du président de la République, de faire preuve de courage, de détermination et de fermeté à l’encontre de ces fauteurs de troubles pour que la paix règne en cette période de fin d’année. Une occasion pour mobiliser les autorités administratives, les forces de polices et de gendarmerie à barrer la route aux malfrats qui causent du tort aux paisibles citoyens. Des mesures préconisées qui visent à conforter les populations à plus d’assurance dans leurs chaumières et surtout à pouvoir vaquer paisiblement et dans la quiétude aux occupations quotidiennes. Pour ce faire, les forces de maintien de l’ordre vont intensifier la lutter contre les fléaux qui mettent à mal la sécurité de tous à savoir : l’incivisme sous toutes ses formes ; le crime en bandes organisées ; les prises d’otages avec demande de rançon ; le désordre urbain ; l’insécurité transfrontalière ; les agressions diverses ; les trafics d’armes et de munitions ; le trafic des drogues qui prends de plus en plus des proportions en milieu jeune. Dans cette classe d’âge, la consommation de la cocaïne, du tramadol et du chanvre indien fait des ravages irréversibles. Il n’est plus surprenant de voir dans les artères de nos villes des jeunes sous l’emprise de ces psychotiques agressés ou braqués sans crainte des passants. Les forces de maintien de l’ordre réprimanderont désormais ces hors-la-loi avec la dernière énergie. D’ailleurs, le gouvernement entend mettre des moyens matériels énormes à la disposition des forces de police et de gendarmerie qui seront d’astreinte pour assurer la sécurité de tous les marchés, agences de transport interurbains, les lieux de culte et autres durant cette fin d’année. Le même dispositif devra continuer sa besogne jusqu’aux élections du 09 février prochain. Dans ce sens, les autorités administratives et autres, ne doivent ménager aucun effort pour assurer sur l’ensemble du territoire national, la sécurité des personnes et de leurs biens», dixit Atanga Nji. Ainsi force reviendra à la loi pour traquer ces bandits de grands chemins et ces petits malfrats qui nous font perdre le sommeil, bien que notre vigilance soit également interpellée.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps