[Faits divers] Bourha : La sous-préfecture saccagée après les élections

C’est la conséquence de contestation des résultats par les partis en cours aux élections. Après la clôture du double scrutin du 09 février dernier, des manifestants ont pris d’assaut la sous-préfecture de Bourha. Composés majoritairement des jeunes, ils se présentaient comme militants de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) et revendiquaient la victoire de leur parti aux élections législatives et municipales. Furieux, les manifestants s’en sont pris au chef d’antenne communale d’Elecam et l’ont agressé. Ils l’accusent de truquer les résultats des élections en faveur du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc). Ils dénoncent le fait que le chef d’antenne communale d’Elecam a refusé de publier les tendances des résultats après la clôture du scrutin. Dans leur déchaînement, les manifestants ont t saccagé la sous-préfecture. «Ils ont mis à sac la sous-préfecture. Avant d’y pénétrer, ils ont défoncé les portes et les fenêtres. Ils ont saccagé l’ordinateur du sous-préfet, détruit tous les documents et mis sens dessus dessous le bureau du sous-préfet et les autres bureaux. Ils recherchaient des procès-verbaux des élections», relate un témoin. Selon nos informations, les manifestants sont descendus dans la rue après avoir appris que le député sortant du Rdpc Djibrilla Kaou Bakari, s’est autoproclamé vainqueur. «Entouré de ses proches chez lui, l’honorable s’est autoproclamé vainqueur des élections législatives. Ceci alors même que selon les tendances il est en coude à coude avec l’Undp. C’était quand même maladroit de sa part de faire une telle déclaration. Surtout que beaucoup ne veulent plus de lui. Peut-être que c’est un ballon d’essai- qu’il fait pour voir la réaction des populations. Si tel était le cas, c’est un essai de mauvais goût», analyse une source sécuritaire. Une attitude que les militants de l’Undp ont considéré, comme une provocation. Convaincus, que c’est plutôt leur parti qui a gagné les élections, ils ont refusé de digérer la pilule amère de l’honorable Djibrilla Kaoua Bakari. En outre, les manifestants soutiennent avoir interpellé deux personnes en possession des faux procès-verbaux. Ils ont tenté en vain d’obliger le chef d’antenne communale d’Elecam de reconnaître la victoire de l’Undp aux élections législatives. A en croire notre source, ce dernier a refusé l’injonction des manifestants mais aurait reconnu la victoire du parti de Bello Bouba Maïgari aux élections municipales. Malgré l’intervention de la police et de la gendarmerie, les manifestants sont restés campés sur leurs positions. Pour calmer les esprits surchauffés, le préfet du département du Mayo Tsanaga est descendu le lendemain 10 février sur le terrain à Bourha. Accompagné de son état-major et d’une équipe du Groupçment mobile d’intervention de la police, Jean Daniel Djouboina a rencontré les deux parties en conflit. L’autorité administrative a discuté avec les contestataires et réussi à les cal-mer.Pour ramener définitivement la sérénité, il a ordonné l’interpellation de trois personnes identifiées comme les meneurs des manifestants pour besoin d’enquête.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps