[Faits divers] Affaires Paul Chouta : L'accusé toujours en attente de jugement

Poursuivi pour diffamation, Paul Chouta devait revenir à la barre ce Jeudi. L’’influenceur Web et responsable de la plateforme Le Tgv de l’info est toujours en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé à Kondengui. Six mois après son interpellation par les policiers suite à une plainte déposée par une écrivaine. Poursuivi pour diffamation, diffusion de fausses nouvelles et discours de haine, l’affaire traine toujours. Et les précédentes audiences au tribunal de première instance, Centre administratif se sont déroulées en l’absence du plaignant. Après quelques audiences, il doit être jugé aujourd’hui devant le tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif, une décision administrative « d’avant dire droit », a été rendue au premier ressort et c’est suite à cette décision que l’affaire a été transférée à la Cour d’appel. Selon les informations recoupées, l’écrivaine Calixte Beyala, a également déposé une autre plainte, contre une dame, responsable d’un établissement scolaire à Douala pour les faits de diffamation. Suite à cette deuxième plainte déposée par l’écrivaine que les deux procédures judiciaires ont été jointes. Cette jonction des procédures est contestée par les avocats de l’influenceur Web. A ce jour, les avocats de la défense ne savent toujours la date à laquelle l’audience va se tenir. En rappel, Paul Chouta été arrêté sur la base d’une plainte déposée contre lui par l’écrivaine franco-camerounaise Calixte Beyala. Le lanceur d’alerte est accusé d’avoir posté une vidéo sur sa page facebook (Tgv de l’info). Cette vidéo montrait l’écrivaine en pleine discussion avec un homme devant une école à Douala. La plaignante reproche également à Paul Chouta d’avoir inventé une interview pour étayer la thèse selon laquelle elle discutait en plein air avec son amant. Les avocats de l’accusé dénoncent un procès inéquitable et ne comptent pas se laisser faire. Pour rappel des ONG avaient aussi jugé cette détention arbitraire. PEN International comme PEN America, avaient fait une déclaration en ce sens à l’image d’autres organismes.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps