[faits divers] 18 kg de Méthamphétamine saisi à l'aéroport l'international de Douala

C’est un expatrié en transit pour l’Europe qui a été arrêté en possession de ce colis. Le suspect est entendu par la division régionale de la police judiciaire du Littoral. Un contrôle anti stupéfiants à l’aéroport international de Douala a permis la saisie de 18 kg de méthamphétamine. Ce qu’a annoncé l’organisme public camerounais de radio-télévision (CRTV) sur son compte tweeter. La vaste opération s’est déroulée ce lundi 07 septembre 2020. Un suspect en cavale D’après la CRTV, c’est un expatrié en transit pour l’Europe qui a été arrêté en possession de ce colis. Le suspect est entendu par la division régionale de la police judiciaire du Littoral. Son complice, apprend-on, serait en cavale. Selon la police judiciaire, ces 18 kg de metamphétamine peuvent être estimés à environ 700 millions de FCFA. Le gramme dudit produit valant 60 dollars américains. Ce n’est pas la première fois que la méthamphétamine, une drogue extrêmement addictive, est saisie à l’aéroport de Douala. En octobre 2017, un stock de 6 kilos de méthamphétamine y est intercepté. Le trafic de la métamphétamine Le butin avait été découvert lors du contrôle douanier. Il était dissimulé dans la valise de Sanson Jimoh, de nationalité nigériane. Celui-ci était arrivé au Cameroun le 27 septembre à bord de la compagnie aérienne Brussels Airlines, en provenance de l’Italie. Une année avant, les douaniers camerounais saisissaient une cargaison de 100 kg de métamphétamine à l’aéroport international de Douala. La cargaison disposée dans 20 cartons appartenait à deux ressortissants camerounais en partance pour Kuala Lumpur, la capitale malaisienne. La méthamphétamine peut endommager certaines parties du cerveau. Ces dommages peuvent parfois être permanents. Lorsqu’elle est consommée sous forme de crystal meth, la méthamphétamine peut également provoquer à long terme des effets permanents : difficulté à exécuter des tâches complexes; symptômes psychotiques comme le délire, la paranoïa, etc. Malgré sa dangerosité, la consommation de drogue en Afrique va doubler d’ici les trente prochaines années, selon les experts. L’Afrique subsaharienne sera la plus touchée. Et le continent devrait devenir le numéro un dans le commerce mondial des drogues. Plus de la moitié des toxicomanes se trouvent en Afrique de l’Ouest. Alors que seuls 30% des Africains vivent dans cette partie du continent.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App