Entretien des routes communales: les capacités des maires renforcées

Les édiles du Centre sont sensibilisés depuis mardi le 19 février 2019sur l’alimentation de la base des données routières et la gestion des projets à maîtrise d’ouvrage à Yaoundé. Certaines mairies ont été accusées en 2018 de n’avoir pas mené à temps les opérations de passation de marchés publics sur la gestion des routes rurales. « Sur 135 communes devant passer des marchés pour l’entretien des routes communales, seule une trentaine a passé des marchés de cantonnage », a révélé Cyrille Yvan Abondo, le secrétaire de la région du Centre, représentant le gouverneur. C’était mardi le 19 février 2019 à Yaoundé lors de l’ouverture de l’atelier régional de sensibilisation des exécutifs communaux à l’alimentation de la base des données routières et à la gestion des projets à maîtrise d’ouvrage communal. Cette dénonciation issue d’une enquête menée par le ministère des Travaux publics (Mintp) auprès de l’ensemble des communes concernées par ces lenteurs de procédures a relevé de nombreuses insuffisances. Il s’agit entre autres de la non maîtrise de la mise en œuvre des principes et règles régissant la maîtrise d’ouvrage notamment les procédures de passation et d’exécution des projets sous financement du Fonds routier, la faible capacité technique et organisationnelle au niveau communal pour assurer la maîtrise d’ouvrage. Pour certains édiles, cette situation s’explique par des raisons évidentes. « Il faut comprendre que parmi l’ensemble des collectivités, il y a celles qui ont des commissions de passation de marché et celles qui n’en ont pas », a expliqué Dieudonné Annir Tina, maire de Yoko dans le département du Mbam-et-Kim. Une idée partagée par Armand Ongolo, maire d’Evodoula qui ne dispose pas de commission de passation des marchés et est obligé de travailler avec la commission départementale. Au terme des travaux, l’on attend que d’ici la fin de juin 2019, 300 km de routes communales soient réhabilitées et entretenues, y compris les ouvrages d’art. Sont également attendus, le point sur la situation des projets en cours et l’état des lieux des différents tronçons. Il faut rappeler que le même exercice a eu lieu dans les dix régions du pays afin que ce renforcement des capacités apporte des solutions pertinentes à la mise en œuvre des infrastructures routières dans nos villes et campagnes.

Social

  • Mobile App