[Éducation ]Un magistrat fait bastonner un enseignant à Abong-Mbang

Son tort est d’avoir pris la défense de son cousin alors que celui-ci se faisait arrêter injustement. Les deux détenus furent copieusement battus à la matraque aux environs de 19h.Un autre cas d’abus de pouvoir. Un enseignant du CETIC d’Effoulan Yietian a passé cinq jours dans une cellule à Atok, une commune située dans la région de l’Ouest. Son tort : avoir pris la défense de son cousin alors qu’il se faisait arrêter injustement. Injustice Selon les premiers éléments d’informations, l’enseignant quittait Abong-Mbang où il se trouvait pour les funérailles de sa tante avec son cousin. Au cours du trajet, une dispute éclate entre le cousin et un passager dans le bus. Face à la situation, un autre passager demanda au cousin de présenter ses excuses au monsieur avec qui il se disputait. Ce dernier refusa refuse d’obtempérer, demandant qui il était pour lui donner des ordres. « Arrivons à Atok et je te montrerai qui je suis », réponds le monsieur. Arrestation arbitraire Arrivé au contrôle de gendarmerie d’Atok, le monsieur demanda aux gendarmes de mettre aux arrêts le cousin du collègue. Il s’agissait d’un magistrat en service d’Abong-Mbang. Certains enseignants parlent du procureur. Chose dite, chose faite. Le collègue décida aussi de descendre du bus pour en savoir davantage. Le magistrat lui demanda de retourner dans le bus. Celui-ci refuse. C’est alors qu’il est également mis aux arrêts. Les deux détenus furent copieusement battus à la matraque aux environs de 19h.Les enseignants sont sans cesse humiliés ces dernières semaines. On a encore en mémoire le décès tragique de l’enseignant Njomi Tchakounté Brice. Il était tué par son élève au lycée classique de Nkolbisson le 14 janvier 2020. Quelques jours plus tard, c’est-à-dire le 22 janvier dernier, un autre enseignant du lycée bilingue d’Ayos se fait arrêter. Une arrestation non justifiée orchestrée par le sous-préfet.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App