[Éducation ]recrutement de 2000 enseignants au minsup ,colère des postulants lésés

La décision de Paul Biya pour le recrutement spécial des titulaires de doctorat ou de PhD avait pourtant pour ambition de réduire le chômage et d’atténuer la tension sociale. Dans la nuit du samedi 14 décembre, plusieurs candidats ont assiégé le ministère de l’Enseignement supérieur (Minsup). Ils ont tenu à dénoncer la conduite de l’opération de recrutement de 2000 enseignants titulaires du doctorat ou de PhD. Selon eux, plusieurs candidats ayant rempli les conditions ne figurent pas sur la liste. Ainsi, ils fustigent la présence de personnes parachutées sur la liste des admis et dénoncent de ce fait, une injustice. « Ce recrutement était ouvert aux titulaires d’un doctorat âgés de 45 ans maximum. Pour le cas de l’Université de Yaoundé 2, une grave injustice a été faite envers une candidate âgée de 45 ans, titulaire d’un Doctorat en Science Politique, et ayant déjà une expérience pédagogique professionnelle de douze (12) ans, puisqu’elle y exerçait comme Monitrice de Science Politique. Quel est même ce pays où si quelqu’un ne porte pas votre dossier, vous êtes condamné à finir dans la rue ? », fulmine Faustin Etouke, ancien Moniteur de Sciences politiques à l’Université de Yaoundé 2 Soa.De lui, l’on apprend que l’enseignant sus évoqué n’est autre que le Dr Lekane Vomo Brigitte, qui a également perdu son poste de Monitrice de Science Politique. Car, d’après la nouvelle législation en vigueur à l’Université de Yaoundé 2 donne la possibilité de pouvoir exercer comme Moniteur jusqu’à l’âge de 41 ans. « Que va devenir cette dame si elle n’est pas recrutée cette année 2019 ? », s’inquiète Faustin Etouke. Lequel demande par ailleurs de soutenir la cause de tous ces candidats malheureux qui demande que le gouvernement répare l’injustice commise et a entrepris un sit-in au Minsup. Une deuxième liste à publier La réponse du gouvernement ne s’est pas faite attendre face à ce vent de contestations. En effet, dans un communiqué, Séraphin Magloire Fouda souligne qu’il n’y a que 1237 candidats recrutés. « Suivant le ratio ci-après : Université de Bamenda : 166, Université de Buea : 164, Université de Douala : 162, Université de Dschang : 144, Université de Maroua : 137, Université de Ngaoundéré : 165, Université de Yaoundé 1 : 164, Université de Yaoundé 2 : 135 », détaille le Secrétaire général des Services du Premier ministre, également président de la commission centrale de supervision de l’opération de recrutement. Ainsi, sur la base du recrutement effectué pour cette première phase, il reste 763 postes à pourvoir. Une 2e liste très attendue, reste donc encore à publier. Cependant, la date de publication reste encore à déterminer. Les candidats ne cachent néanmoins pas leur impatience de voir la procédure reprendre et aboutir. Les prochains jours sont donc cruciaux pour les postulants qui n’ont pas eu le bonheur de voir leur nom sur la première liste. Pour eux, l’attente se prolonge encore. En rappel, le recrutement des 2000 enseignants concerne les huit Universités d’Etat.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps