[Éducation] Plus de 200 écoles primaires interdites à l'approche de la rentrée scolaire

Le défaut d’acte de création et d’ouverture est le principal motif de l’arrêté signé le 25 juillet 2019 par le ministre de l’Education de Base, Laurent Serge Etoundi Ngoa. L’arrêté concerne plus de 200 établissements répartis dans les dix Régions du Cameroun. Ils n’ont pas le droit d’ouvrir leurs portes pour le compte de l’année scolaire 2019/2020. Les griefs «Le défaut d’acte de création et d’ouverture est le principal grief du MINEDUB. Toutefois, on relève d’autres motifs tels que le défaut d’extension des cycles non autorisés, le défaut de localisation des sites». La région du Littoral enregistre 90 établissements frappés par la décision du ministre de l’Education de Base. Cette décision de fermeture intervient un mois avant la rentrée scolaire prévue le 2 septembre 2019. Pourtant, certains établissements ont déjà débuté les inscriptions. Rebelote Cette décision n’est pas la première du genre. En juillet 2018, un arrêté avait été conjointement signé par le MINEDUB et son homologue des Enseignements Secondaires pour le compte de l’année scolaire 2018/2019. 200 établissements scolaires avaient été fermés. Soit 179 pour l’enseignement primaire et maternel. Ceux-ci étaient sommés de fonctionner à nouveau après présentation d’un acte de déclaration de création et d’ouverture. Parmi les établissements interdits, quelques-uns ne sont pas à leur première expérience. Ce qui soulève le problème de l’application de cette décision.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps