[Éducation ]les étudiants en doctorats dispersés par la police chez Dion Ngute

Les autorités camerounaises ont décidé d'utiliser la fermeté face à l'insistance des étudiants doctorats professionnels. Ce jeudi matin, les manifestants de se rassemblées devant le premier ministère pour exprimer leur mécontentement face à ce qu'ils considèrent comme "l'arnaque et l'escroquerie du siècle". Ils ont été très tôt dispersés par des éléments de la police nationale qui leur ont arrachés les pancartes. Ces derniers exigent "le remboursement de leurs 4.500.000 FCFA chacun et le montant d'un milliard 800 millions de FCFA pour les 400 étudiants ayant souscrits aux frais d'inscription dans le cadre du doctorat professionnel à Soa".Présent sur les lieux lors de la descente de la police, notre confrère David Eboutou a fait un récit des évènements dont nous vous proposons l'intégralité. Alors qu'ils ont commencé à se réunir en petits lots de personnes ce matin devant le Premier Ministère avec leurs pancartes pour dire le ras le bol sur ce qu'ils considèrent comme l'arnaque et l'escroquerie du siècle, les étudiants inscrits en doctorat professionnel ont vu arriver une forte escouade de policiers qui a foncé sur eux pour les disperser et les chasser de la devanture de la primature du Cameroun. Leurs pancartes seront arrachées par les policiers qui vont leur interdire de revenir manifester là. S'étant dispersés, ils squattent les environs des bureaux du Premier Ministre dans le seul objectif de faire passer leur requête à savoir: le remboursement de leurs 4.500.000 FCFA chacun et le montant d'un milliard 800 millions de FCFA pour les 400 étudiants ayant souscrits aux frais d'inscription dans le cadre du doctorat professionnel à Soa.Il faut aussi rappeler que plusieurs " Étudiants " conjoncturels parmi ces 400 auront décidé de rester à l'arrière en encourageant leurs jeunes cadets sans emplois ou non identifiés à aller réclamer cet argent. Selon nos sources, ces étudiants particuliers seraient entre autres certains directeurs d'administration centrale, des colonels, des commissaires de police, des chefs d'entreprise, directeurs généraux d'établissement publics et privés etc... Tous ont versé plusieurs millions à certains responsables de l'Université de Yaoundé 2 à Soa pour acquérir le précieux sésame de Doctorat professionnel. Aujourd'hui, ils veulent donc rentrer dans leurs droits et réclament le remboursement.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps