[Éducation] la zone anglophone se vide de ses enseignants

La nouvelle année scolaire au Cameroun commence ce lundi avec la détermination du gouvernement à rouvrir au moins 4 500 écoles fermées dans ses régions anglophones à la suite de la crise séparatiste. Mais les séparatistes, qui ont averti qu'ils ne permettraient d'ouvrir une école que si leur chef, Ayuk Tabe et neuf autres condamnés à la prison à vie par un tribunal militaire, sont libérés, ont déjà attaqué et blessé au moins neuf enseignants pour avoir défié leurs instructions. La professeure Elmer Tabot, 28 ans, et ses deux enfants sont arrivés lundi à Yaoundé, capitale du Cameroun, en provenance de la ville anglophone du sud-ouest de la capitale anglaise, Menji. Elle dit être l'une des neuf enseignantes qui ont été enlevées et battues par des combattants séparatistes, et dont certains se sont fait couper les doigts.«Notre maison a été incendiée et un lieu d’affaires que nous gérons est brûlé. Le coût du transport pour venir ici était donc très difficile», a-t-elle déclaré. "Les choses étaient très difficiles. Les gens nous ont aidés à collecter cet argent que nous pouvons atteindre ici. J'ai donc traversé beaucoup de difficultés." Tabot dit qu'ils ont été accusés d'avoir défié les instructions des séparatistes de ne pas aller à l'école pour préparer l'ouverture de l'année scolaire 2019/2020 au Cameroun.Sur les réseaux sociaux, les séparatistes avaient promis que les écoles ne seraient pas restaurées dans les régions anglophones tant que leur chef, Ayuk Tabe Julius, et neuf de ses partisans, condamnés à une peine d'emprisonnement à perpétuité par un tribunal militaire de Yaoundé, seraient libérés. Le tribunal a déclaré les avoir trouvés coupables de sécession, de terrorisme et d'hostilité contre l'État du Cameroun.Le gouverneur de la région anglophone du Nord-Ouest du Cameroun, Deben Tchoffo, a déclaré que la population ne devrait pas être intimidée ni envoyer ses enfants à l'école. Il a ajouté que toutes les mesures ont été prises pour protéger les enseignants et les écoliers."Les services de sécurité assurent à la population que tout est en ordre pour la reprise des classes. Je lance donc un appel à la population de la région du Nord-Ouest pour qu'elle renvoie ses enfants à l'école. A ceux qui ont tenté d'envoyer leurs enfants ailleurs, amenez-les retour, "il a dit.La violence a éclaté dans les régions anglophones du Cameroun en 2016 lorsque des enseignants et des avocats ont protesté contre la prétendue discrimination de la part de la majorité francophone.Le gouvernement a réagi par une répression qui a déclenché un mouvement armé en faveur d'un État indépendant anglophone.Les séparatistes ont commencé à attaquer des écoles et à kidnapper des enseignants et des étudiants, promettant de rendre les régions ingouvernables par le gouvernement central de Yaoundé. Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre camerounais de l'Education de base, a déclaré que la guerre paralysait complètement l'éducation dans les régions anglophones. Selon Etoundi Ngoa, plus de 4 482 écoles maternelles et primaires dans les régions anglophones ont été fermées, transformées en terrains d'entraînement pour les combattants séparatistes ou complètement détruites. Selon lui, plus de 6 000 enseignants et 201 000 écoliers sont aujourd'hui directement touchés par la guerre séparatiste.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps