[Éducation] La grève avortée des enseignants-chercheurs de l'Université de Yaoundé 1

Le recteur de cette institution a pris des engagements fermes pour le paiement effectif des primes et prestations académiques des enseignants. Initialement prévue du mardi 12 au jeudi 14 janvier 2021, la grève des enseignants-chercheurs de la Faculté des arts, lettres et sciences humaines (Flash) de l’université de Yaoundé 1, n’aura plus lieu. Et pour cause, Maurice Aurélien Sosso le recteur de l’Université de Yaoundé 1, a, vendredi dernier, convoqué une réunion dans la salle des Actes de l’université de Yaoundé 1. Celle-ci a réuni autour d’une même table, les membres du bureau du syndicat, la directrice de l’Ens de l’université de Yaoundé 1, la doyenne de la Falsh, les chefs de département, les responsables des services financiers, les vice-recteurs. « Les échanges, tous cordiaux et constructifs, ont connu des avancées significatives par rapport aux deux principales revendications, objets des discussions, à savoir, le non-paiement des primes et prestations académiques des enseignants, et la contestation de la décision unilatérale de l’administration universitaire, d’imposer les QCM comme mode d’évaluation, à tous les niveaux du cycle de Licence, pendant la session normale du semestre I de l’année en cours ». Lit-on dans son communiqué final invitant les camarades à lever le mot d’ordre de grève. Les griefs Et de poursuivre : «sur l’exigence de paiement des primes et prestations académiques des enseignants, le recteur de l’université de Yaoundé 1 a pris des engagements fermes pour le paiement effectif des primes et prestations académiques des enseignants, y compris toutes les dettes accumulées au préjudice des enseignants. Il a instruit le doyen de la Falsh et l’agent comptable de finaliser, à l’immédiat, les dossiers y relatifs. Des garanties ont été données, par les services financiers, aux responsables syndicaux, sur l’exécution stricte des instructions de Monsieur le recteur.» « Après avoir écouté les fortes réserves émises par l’administration de l’université, notamment en ce qui concerne le délai et la qualité des corrections, le bureau du Synes a émis des réserves et poursuit les négociations pour une solution judicieuse », peut-on enfin lire dans le communiqué final émis par le Synes. Les enseignants- chercheurs, notamment ceux de la section de l’Ecole normale supérieure (Ens) de université de Yaoundé 1, revendiquent entre autres : le non- paiement des heures complémentaires, le non- paiement des prestations académiques, le non-paiement des vacations de l’année 2019-2020.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps