[Éducation] Extrême-Nord : 170 enseignants absents de leur poste depuis 2013

La délégation régionale des Enseignements secondaires de la région de l’Extrême-Nord les invite à regagner leur poste. Ils sont 170 enseignants sommés de regagner au plus vite leur poste dans la région de l’Extrême-Nord. Leur absence a été constatée depuis l’année 2013. Un communiqué signé par le délégué régional des Enseignements secondaires de l’Extrême-Nord Pierre Wamboussoum et qui date du 23 mai 2019, continuellement lu sur les antennes de la Cameroon radio television (Crtv) et le Poste national, fait savoir à ceux-ci, que du fait de leur absence, ils s’exposent à des sanctions prévues par la réglementation en vigueur. D’après la délégation régionale suscitée, les enseignants concernés sont répartis comme suit: 51 dans le Mayo-Danay, 50 dans le Diamaré, 25 dans le Mayo-Kani, 19 dans le Mayo-Tsanaga et 21 dans le Mayo-Sava. Pour les autorités, la situation est suffisamment grave car elle impacte négativement sur le déroulement des classes dans cette partie du pays. Les programmes d’enseignement ne sont pas respectés et cela est bien visible au niveau des résultats. Depuis dix années, l’Extrême-Nord est classé dernière dans les statistiques générales de l’Office du Baccalauréat du Cameroun (Obc). Toutefois il convient de noter que les enseignants mis en cause, désertent les zones enclavées et les localités en proie à l’insécurité du fait des attaques répétées de la secte terroriste Boko Haram. On peut entre autres citer Hilé Alifa, Fotokol, Blangoua, Goulfrey et Darak. A ces zones suscitées, il y a également celle de Kousséri où des enseignants qui y ont été affectés n’ont jamais rejoint leur poste.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App