[Education] Education de Base :Des enseignants mécontents

Le syndicat national indépendant des enseignants de l’Education de base conteste une décision signée par le ministre de tutelle. Une correspondance a été adressée au ministre de l’Education de base (Minedub) par le syndicat national indépendant des enseignants de base (Snieb), Cette correspondance fait suite à la décision du 11 juillet 2019 portant nomination des directeurs et directrices des écoles maternelles et primaires publique dans trois régions du Cameroun. Selon ce syndicat, « cette décision ne respecte pas les dispositions du décret n°2012/268 du 11 juin 2012 portant organisation du Minedub… ». Selon Christiane Likound, secrétaire général du Snieb et signataire de cette correspondance, elle est en violation du décret sus-évoqué qui stipule que en son article 91 alinéa 1,8ème, que « la nomination des directeurs et directrices des écoles primaires et maternelles publiques relève des prérogatives des 10 délégués régionaux après visa du ministre ». « Généralement, chacune de ces 10 décisions soumises à votre visa est l’œuvre des commissions départementales et de la commission régionale qui arrête la liste des nominés. Elles sont soumises à votre appréciation pour visa. Vous pouvez demander des corrections et autres amendements. Cette compétence est dévalue aux délégués régionaux par ie caractère technique dont ils sont détenteurs. Les commissions départementales et la commission régionale font cette tâche car elles maîtrisent le terrain et gèrent la proximité », précise cette correspondance. Pour le Snieb, cette décision portant nomination des responsables des établissements de l’Education de base par le chef de ce département ministériel est la première du genre depuis 2004. Cependant, ils ont tenu à préciser à travers cette correspondance que seules les nominations des maîtres et directeurs des écoles d’application publiques relèvent de la compétence du ministre. A travers cette sortie, le Snieb dénonce des nominations fantaisistes déjà ouvertes dans ce ministère, une réalité qu’il qualifie de contraire à l’éthique et à la déontologie propre à ce ministre. « Nous suggérons de mettre fin à cette initiative et d’apposer les visas sur les 10 décisions régionales que vous ont soumises les délégués régionaux pour respecter la réglementation et conférer à ces décisions leur légalité et leur régularité. Les enseignants sont des artisans de la paix et se sont toujours illustrés-par le respect des textes, la légalité et là régularité des actes. Ne les incitez pas à créer du désordre, des mouvements d’humeur dans nos campus », lit-on de cette correspondance. Dans un contexte de crise dans certaines parties du pays, le Cameroun a plus que jamais besoin d’une rentrée apaisée, calme et de la sérénité afin de lutter marquée par la décentralisation du système éducatif surtout quand on sait que l’établissement des diplômes de ce ministère est du ressort des délégués régionaux.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps