[Économie] Transport maritime : Bolloré viré du port autonome de Douala

Le concessionnaire français a été écarté hier de la gestion du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala, au profit du Suisse Til qui prendra la relève dès janvier 2020. Dans un communiqué rendu public le 16 septembre, le directeur général du Port autonome de Douala (Pad) a annoncé que le groupe Italo-Suisse Terminal investment limited (Til) a été désigné comme adjudicataire provisoire de la concession du terminal à conteneurs de cette infrastructure de transport maritime. «La procédure de recrutement d’un opérateur (…) a abouti à la sélection de la société Terminal investment limited », a écrit Cyrus Ngo’o, Dg du Pad. Ainsi, à partir du 1er janvier 2020, le Suisse prendra la tête de ce terminal stratégique, exploité depuis quinze ans par le consortium Bolloré-Apm Terminais. « La société Til prendra part, à la date qui lui sera formellement communiquée,’aux négociations relatives à l’optimisation de son modèle financier et à la finalisation des termes du contrat de concession», précise Cyrus Ngo’o. D’après ce dernier, les discussions de la finalisation des termes du contrat, selon l’article 30 du règlement de consultation « vont débuter sans délai ». L’opérateur Til, filiale de Mediterranean Shippig Company (Msc), sort d’une compétition qui l’opposait à quatre autres prétendants. Il s’agit en l’occurrence de CMA Terminais, basée à Marseille en France ; de la société émiratie Dubaï Port World ; de Hutchison Port Investments Ltd, entreprise immatriculée aux Iles Caïmans ; et du Saoudien Red Sea Gateway terminal. Avec 54 terminaux effectuant plus de 29 millions de mouvements par an, le concessionnaire désigné du terminal à conteneurs du Pad est présent dans 7 des 25 ports les plus actifs du monde en volume. La société détient des parts de marché non négligeables à Anvers, Singapour, Long Beach, Ningbo, Newark, Bremerhaven et Rotterdam. Il a donc de quoi rassurer les autorités camerounaises sur ses capacités à rénover, moderniser, exploiter et assurer la maintenance de l’infrastructure portuaire. Des offres alléchantes. La procédure de recrutement du nouvel opérateur pour l’exploitation du terminal à conteneurs du Pad a démarré le 12 janvier dernier par un appel public international à manifestation d’intérêt. Après analyse technique et financière des offres, puis le dialogue compétitif mené entre le 30 juillet et le 2 août, Terminal investment limited a obtenu la note maximale de 100 points contre 93,60 pour pour Dubaï Ports World. Til proposait de payer un total de redevances de concession, sur 15 ans, dont le montant total garanti est le plus élevé, soit 146,7 milliards de Fcfa. Dubaï Ports World quant à elle proposait de payer, sur la même période, 137,3 milliards de Fcfa. La désignation de Til a été beaucoup été influencée par les offres qu’elle a faite par rapport à l’actuelle concession. Les autorités du Pad indiquent le nouveau concessionnaire propose de payer 24,3 milliards de Fcfa, à la signature du contrat, en une seule fois, au lieu des 600 millions de Fcfa que le port recevait de Douala International Terminal (DIT), filiale du groupe Bolloré. La redevance fixe annuelle s’élève quant à elle à 9,2 milliards de Fcfa, bien plus de 3,1 milliards de Fcfa de DIT. La redevance variable est de 8% du chiffre d’affaires sur les cinq premières années, 12% les cinq années suivantes et 32% les cinq dernières années, alors qu’elle est de 2,7% par an avec DIT. le total des redevances de concession sur les 15 années de contrat est de 357 milliards de Fcfa contre 62 milliards de Fcfa pour la concession DIT, soit une hausse de 576%. Les investissements devraient également connaître un boom avec 152 milliards de Fcfa prévus, quasiment le triple des 52 milliards de Fcfa prévus avec le groupe Bolloré. Les tarifs de manutention terre vont baisser de 10%, tandis que le prix moyen de passage des conteneurs va régresser de 10,5%. En outre, la nouvelle concession prévoit une augmentation de 25% des parts du Pad et celles des nationaux à hauteur de 20% dans la structure du capital de la future concessions, contre 6% et 2,5% dans l’anciénne concession. Autant de propositions alléchantes ayant décidé le gouvernement à virer le groupe Bolloré de la gestion du terminal à conteneurs de Douala».

Website to visit

Social

  • Mobile Apps