[Economie]Sosucam s'associe à la Douane pour lutter contre la contrebande du sucre

La convention bipartite signée entre le Directeur général des douanes camerounaises et Samuel Libock, DG de Sosucam, vise à protéger la filière sucre du Cameroun. Cérémonie de signature du protocole d'accord Douane/Sosucam Comme la plupart des entreprises camerounaises, la Société Sucrière du Cameroun (Sosucam) est victime de la contrebande et du commerce illicite. Plusieurs cargaisons de ce produit de grande consommation font en effet l’objet de commercialisation avec pignon sur rue après une entrée clandestine et incontrôlée sur le marché camerounais. L’entreprise estime les pertes financières du fait de la concurrence déloyale et illégale du sucre d’origine douteuse à environ 10 milliards de FCFA par an. C’est pour inverser cette tendance que la Sosucam a engagé des pourparlers avec les douanes camerounaises chargées de la surveillance et la protection du territoire, ainsi que de l’espace économique national. Dans le cadre de ses missions traditionnelles ou lors des opérations ponctuelles du programme Halcomi (Halte au commerce illicite), plusieurs tonnes de cargaisons de sucre ont en effet été interceptées par les agents des douanes. La journée du 10 juin 2021 a connu la saisie de 640 sacs de sucre de contrebande dans la localité de Magada, dans la Région de l’Extrême-Nord, par les éléments de la zone 3 de l’opération Halcomi 3. Scénario identique à Garoua, dans la Région du Nord avec l’interception le 29 mai 2021 de 25 sacs de sucre de contrebande par les éléments de la même zone. Ces deux saisies sont caractéristiques de l’ampleur du phénomène qui, selon des sources douanières, provient du Nigéria voisin, avec pour point de pénétration les régions septentrionales du Cameroun. C’est dans ce contexte qu’Edwin Fongod Nuvaga, le Directeur général des douanes camerounaises et Samuel Libock, le Directeur général de la Sosucam ont signé un protocole d’accord dont les principaux objectifs visent à lutter contre le commerce illicite, et créer un environnement favorable à l’épanouissement des acteurs de la filière sucre au Cameroun. À cette occasion, Edwin Fongod Nuvaga a rassuré sur «la montée en puissance de la surveillance douanière contre la fraude et la contrebande». Illustrant par la saisie de plus de 3000 sacs de 50 kilogrammes chacun de sucre de contrebande dans le septentrion par les unités douanières. Le protocole conjoint Douane/Sosucam prevoit également la mise en place d’un comité paritaire de suivi, et la création d’une plateforme d’échange d’informations sur la fraude et de contrebande, concernant spécifiquement le sucre. Pour Samuel Libock, la convention signée avec les douanes camerounaises est «historique». «Il s’agit de préserver les intérêts de notre entreprise, les intérêts de la Sosucam et ceux de l’État du Cameroun. Cet accord s’inscrit vision parfaite de promotion du made in Cameroon et de développement inclusif», a-t-il relevé. Sans manquer de se féliciter des nombreuses saisies de marchandises illicites, en général, et du sucre de contenance, en particulier. «Les dispositifs de contrôle et de répression mis en place en douane vise aussi bien la protection de l’espace économique, la vitalité de l’économie nationale, la protection des consommateurs que l’accompagnement des entreprises citoyennes», a ajouté le Directeur général des douanes

Website to visit

Social

  • Mobile Apps