[Économie]prévention routière,463 millions fcfa pour 12 Communes

La remise de cette enveloppe globale a été faite par le ministre des Transports aux Maires concernés, dans le cadre de la décentralisation de compétences, le 27 mai 2021 à Yaoundé. Les statistiques du rapport global de sécurité routière dans le monde donnent froid au dos pour ce qui concerne les dégâts humains aux conséquences graves sur le plan économique. Il y est mentionné que les accidents de la circulation routière causent 1,2 million de morts et 50 millions de blessés chaque année. Et plus de 90% des décès surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire à l’instar du Cameroun où l’on a enregistré, au cours de ces 10 dernières années, environ 9100 morts dans les accidents de la circulation routière. Sans oublier les pertes financières estimées à 800 milliards de FCfa par an, comme l’a indiqué Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehe, le ministre des Transports, à l’occasion de la remise aux collectivités territoriales décentralisées (ctd), de l’enveloppe globale destinée au financement des projets de prévention et sécurité routières retenus dans le cadre du programme 2021 du fonds routier, le 27 mai 2021, à Yaoundé. Au Cameroun, des efforts conjugués du Gouvernement, des organisations non gouvernementales et de la société civile, ont fait reculer le taux d’accidents de la circulation et subséquemment le nombre en perte humaines. Le rapport global indique que des accidents, ainsi que des personnes tuées au Cameroun, est passé de 3525 accidents et 1588 personnes tuées en 2011 à 1533 accidents et 627 personnes tuées en 2019. La bataille pour la réduction maximale de ces chiffres continue et le ministère des Transports a compris la nécessité d’associer les Communes dans ce combat, dans le cadre du transfert de compétences aux collectivités territoriales décentralisées. Ce transfert de compétences associé à celui des moyens pour une grande implication de celles-ci. « Je mets à votre disposition les 15% de ce budget qui correspond à une enveloppe globale de 300 000 000 de FCfa dont vous êtes ordonnateurs, et chacun de vous a été notifiés par mes soins du montant de son enveloppe budgétaire correspondant aux projets retenus pour sa Commune. A cette enveloppe, s’ajoute un taux de 23,15 %, soit 463 000 000 de FCfa alloués aux projets dont les communes seront des bénéficiaires directs. Ces projets seront maturés par l’administration centrale et mis en œuvre au niveau des Communes », a déclaré le ministre des Transports. Il s’agit là de l’application du Décret du Premier ministre, du 24 novembre 2015 fixant les modalités d’exercice de certaines compétences transférées par l’Etat aux Communes en matière d’organisation et de gestion des transports publics urbains. Pourquoi 12 Communes sur les 360 que compte le Cameroun Seules 12 Communes sur les 360 que compte le Cameroun ont été éligibles pour cette enveloppe de 463.000.000FCfa. « Elles ont dû présenter des projets matures. C’est fort de la maturation de ces projets que ces 12 Communes ont vu leurs projets retenus. Donc, ce n’est pas un concours de circonstance. C’est aussi simplement le pragmatisme. Ces 12 Communes qui ont compris la nécessité de présenter des projets, les projets qui concernent la prévention routière et il est également important de préciser que les véritables ordonnateurs de cette enveloppe, c’est les Communes », a expliqué Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehe. Annonçant d’ailleurs, dans le cadre de la désormais plus grande implication des CTD dans cette lutte permanente contre les accidents de la route au Cameroun d’autres actions en leur faveur. Notamment un atelier de validation du cahier de charges qui constituera une boussole en matière de promotion et d’animation des activités de prévention et de sécurité routières. Suivra aussi l’organisation de 04 séminaires inter-régionaux de restitution dudit cahier de charges, conformément à mes instructions. Un concours pour la formation des Experts en sécurité routière dont la première vague sortira d’ici septembre 2021 où les CTD pourront solliciter des expertises. L’action de certaines mairies, en collaboration avec le ministère des Transports, dans le processus d’encadrement et d’assainissement du secteur des mototaxis, à travers l’organisation des sessions de formations en liaison avec les auto-écoles et des sessions spéciales d’examen du permis de conduire de la catégorie « A », a été saluée par Jean Ernest Masséna Ngallè Bibehe, qui a invité les autres à emboîter le pas. Des remorqueuses ont été acquises et sont à la disposition des mairies pour l’enlèvement des obstacles pour débarrasser les axes routiers des véhicules en panne ou mal garés. Le processus de décentralisation est déjà en marche dans le secteur des transports. Les mairies éligibles Edéa 1er Ngaoundéré Mbankomo Nkongsamba Yabassi Santa Sangmélima Dziguilao Magba Mengueme Dschang Tiko

Website to visit

Social

  • Mobile Apps