[Économie ]parc national de Deng-Deng,650 millions de f pour préserver la biodiversité

Electricity Development Corporation et lAgence française de Développement ont signé, vendredi dernier, une convention pour améliorer la protection des chimpanzés et des gorilles. Des populations de grands singes pris entre deux feux à lEst. Dun côté, la construction du barrage hydroélectrique de Lom-Pangar qui a réduit leur domaine de vie. De lautre, la forte pression du braconnage qui sévit dans la région. Pour assurer la survie des populations de ces chimpanzés et gorilles, il a fallu créer en 2010, le Parc national de Deng-Deng (PNDD). Un espace de vie de 68200 hectares. Un aménagement important, mais insuffisant au regard des enjeux. Deng Deng na par exemple pas, jusquà ce jour, une zone tampon. Afin de compléter la batterie de mesures visant à protéger ces animaux, Electricity Development Corporation (EDC) et lAgence française de Développement (AFD), représentant le Fonds français pour lenvironnement mondial, ont signé vendredi dernier une convention de financement de près de 650 millions de F. La cérémonie organisée au siège de lAFD, à Yaoundé, sest déroulée en présence de lambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou et du secrétaire général du ministère des Forêts et de la Faune, Joseph Nyongwen. Ces fonds permettront, notamment, la mise en place dune entité de gouvernance et de gestion pérenne du parc. Ladite entité devrait alors assurer, dune part, une gestion efficace de cet espace et de sa périphérie, dautre part, une utilisation transparente des revenus financiers générés par les redevances deau du barrage-réservoir de Lom-Pangar. Sur ce dernier point, la convention signée vendredi dernier a été rendue possible par la signature dune première convention, de redevance deau, le 7 septembre 2020 entre EDC et lEtat du Cameroun. Cet accord institue en effet une rémunération de lopérateur public des barrages-réservoirs du Cameroun par les producteurs hydroélectriques exploitant leau de la Sanaga. Une partie de cette redevance sera affectée à la gestion du parc. Comme la expliqué le directeur général dEDC, Théodore Nsangou, « la protection du PNDD était lun des éléments les plus importants pour confirmer le soutien des bailleurs de fonds, tels que la Banque mondiale, lAfd, la Banque européenne dinvestissement et la Banque africaine de développement ». Depuis 12 ans, le Parc national de Deng-Deng bénéficie de lassistance technique dEDC sous financement de lAfd. Une implication de la France qui se dit soucieuse des questions environnementales. « Laccompagnement que nous offrons sinscrit dans la logique de contribuer au développement durable du Cameroun », explique à cet effet Christophe Guilhou

Website to visit

Social

  • Mobile Apps