[Économie] Masse salariale des agents publics : 40 milliards de F d'économies en 2020

Le Premier ministre, Joseph Dion Ngute l’a révélé le 25 novembre dernier, devant les députés, lors de la présentation du programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’exercice 2021. Ces économie, a-t-on appris, sont consécutives à certaines actions implémentées par le gouvernement pour assainir le fichier solde de l’État. Selon les explications du Premier ministre, il s’agit du paiement individualisé des salaires des agents publics et de la dématérialisation des bulletins de solde, encore appelés «bons de caisse». L’on apprend que le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, a officiellement lancé le 14 août 2020, le paiement des salaires via le Système de télé compensation en Afrique centrale (Systac), piloté par la banque centrale. Ce qui permet au Trésor public d’approvisidnner directement le relevé d’identité bancaire (Rib) du bénéficiaire de la solde ou de la pension auprès des institutions financières (banques et établissement de microfinances), à l’opposé de l’ancien, baptisé Système de gros montants automatisé (Sygma). Le Systac vise à l’arrimage du Cameroun à la disposition de l’article 43 de la charte de bonne conduite en matière d’exploitation de systèmes de paiement de la zone Cemac qui interdit d’agréger les valeurs nominales de moins de 100 millions de FCFA pour en faire une seule opération de gros montant. C’est dans ce cadre que des fonds étaient mis à la disposition des banques qui se chargeaient alors de les redistribuer dans les comptes des salariés de l’État. Le Trésor public ne pouvait alors contrôler les volumes décaissés ou non. Les montants non perçus par les salariés parfois fictifs ou décédés étaient généralement gardés par les banques, parfois pendant plusieurs mois, sans être retournés au Trésor. Quant à la dématérialisation des bons de caisse, elle est intervenue dès le mois d’octobre 2019 et a consisté au remplacement des titres de paiement physiques alors utilisés pour la paie des salaires inférieurs à 100000 FCFA, par des titres électroniques. «Il s’agit d’une démarche visant à la fois à simplifier les procédures de paiement de la solde des agents publics et à réduire considérablement les fraudes», avait précisé Louis-Paul Motaze:. Les réformes évoquées sont la conséquence logique de l’opération de Comptage physique des personnels de l’Etat initiée en avril 2018. De sources bien renseignées, cette opération a permis à son terme de retirer plus de 10 000 agents publics fictifs du fichier solde. 30 milliards de francs CFA, c’est le montant de l’économie budgétaire annuelle réalisée dans ce cadre.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps