[Économie] Les pièces de monnaie de plus en plus rares au Cameroun

Pourtant la Banque des Etats d’Afrique centrale a promis de mettre en circulation de nouvelles unités au mois de novembre 2019. La crise des pièces de monnaie ne fait que s’accentuer. Selon les experts, elle atteint une côte d’alerte sans précédent. Pour ne parler que des deux métropoles du Cameroun ; Douala et Yaoundé, dans les petits comme dans les grands commerces, trouver les pièces de monnaie pour le remboursement d’un client est devenu chose difficile. Les vendeurs sont parfois contraints amener à refuser de servir la clientèle. C’est celle qui a le fameux argent, qui reçoit le service voulu. Les conséquences de la pénurie A cause de la rareté des pièces de monnaie, les commerçants procèdent à l’inflation des prix. Certains prix sont arrondis lorsque l’achat dans une boutique ou un magasin nécessite le remboursement de quelques pièces. Il n’y a pas que le commerce qui souffre de la situation. Il y a aussi les déplacements en taxi et même en motos-taxis qui sont impactés. Les usagers trinquent. Et voir un taxi qui roule à vide alors que les passagers sont massés le long des rues, est devenu quelque chose de banale. Car, pour rentrer dans un taxi en proposant au conducteur le tarif normal de 250 FCFA (en journée), il faut généralement « avoir les pièces ». L’origine de la pénurie On ne saurait donc parler de la rareté des pièces de monnaie, sans toutefois évoquer son origine. Les ressortissants chinois sont pointés du doigt. Ils font un trafic de pièce qui a été révélé par la presse locale. Ils ont installé dans la plupart des quartiers et même dans les marchés, des machines à sous qui absorbent les pièces comme des trous. Celles-ci sont ensuite récupérées et exportées vers la Chine pour la fabrication des bijoux. En plus de la technique de collecte ci-haut présentée, ils s’attachent directement les services de jeunes camerounais désœuvrés pour chercher la monnaie contre rémunération. On se rappelle que le 2 novembre 2018, des éléments de la Légion de gendarmerie du Littoral, à Douala, avaient mis la main sur un réseau de trafic de pièces de monnaie.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps