[Économie ] le port de limbé va asphyxier celui de Douala

Les deux décrets du Chef de l’Etat relatifs à la réorganisation de cette infrastructure v ieille de 21 ans, viennent certes donner à cette dernière, de la plus-value en termes de rentabilité mais annoncent également la fin du « monopole » du Port de Douala présenté comme la plaque tournante de l’économie dans la sous-région. Scènes de liesse dans les artères de la ville de Limbé hier mercredi 6 mai 2020. Une marche de remerciement a été organisée par les autorités administratives de la cité balnéaire pour « dire Merci au Chef de l’Etat » d’avoir pensé aux populations de cette localité située dans la région du Sud-Ouest en signant deux importants décrets qui viennent remettre à flot le Port autonome de Limbé. Outre les emplois que l’infrastructure va offrir à la jeunesse, il y’a les recettes douanières et tous les bénéfices multiforme qu’elle va générer. De quoi dire que la ville « est en haut ». Jadis noyée dans une administration presque tatillonne parce que sevrée de véritables textes organiques dans le but de densifier ses missions et renforcer ses capacités, le Pal est désormais dotée d’une âme pour lui permettre d’assurer les nouvelles missions inscrites dans son tableau de bord. Le premier des deux textes porte réorganisation du Pal. C’est une société à capital public, ayant l’Etat comme unique actionnaire. Cependant, précise la décision, l’actionnariat du Pal peut être ouvert à d’autres entités publiques ou privées.Le Pal «assure la gestion, l’aménagement, la promotion et le marketing du domaine public portuaire de Limbe», lit-on. Le port de Limbe, dont le siège social se trouve dans la ville éponyme située au Sud-Ouest, a une double tutelle. La tutelle technique assurée par le «ministère en charge des Affaires portuaires» et la tutelle financière confiée au ministère des Finances. Mieux, le Port comprend une assemblée générale, le conseil d’administration formé de 12 membres et une direction générale.La société tire ses revenus de différentes redevances, notamment d’usage du domaine public portuaire, d’usage des infrastructures, d’usage des équipements portuaires, d’occupation du domaine portuaire, des navires, des marchandises; mais aussi du produit résultant des prestations et services, des revenus issus de l’aliénation de certains de ses biens, des emprunts, crédits de trésorerie et d’escompte etc. Dans l’ensemble, les voyants en matière de perspectives économiques se dessinent sous un soleil radieux. Revenez lire la suite dans quelques heures…

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App