[Économie ]le commerce d'escargots,une nouvelle mine d'or à yaoundé

La chair de ces mollusques fait courir les consommateurs. A 3500F le kg en ce moment et 6500F en saison sèche, la viande d’escargot a ses clients. « Les camerounais consomment de plus en plus les brochettes d’escargots», affirme Olianie Nizei, vendeuse de viande d’escargots au marché Mokolo, au lieu-dit Algo Mokolo, dans l’arrondissement de Yaoundé II. Assaillie par des clientes, elle n’a pas le temps de répondre à ses messagers Whatsapp, Sms ; ni décrocher les appels téléphoniques. «Vous serez toutes servies. Patientez s’il vous plaît, c’est par ordre d’arrivée», prévient-elle aux dames pressées d’être servies au regard de la glacière de viande qui se vide à une vitesse fulgurante. Le kilogramme à 3500F, la marchandise n’attend pas. Pour celles qui veulent obtenir une remise de 100F, il faut prendre au moins 5kg. « J’achète 3kg chaque semaine. Ma famille raffole du rôti d’escargots. Et comme ce sont les vacances, il en faut davantage. Je suis finalement devenue une cliente régulière ici», déclare Sandrine Etéki, consommatrice. Tout comme elle, des Yaoundéens affirment aimer la viande d’escargots, surtout les brochettes. La glacière de 20 litres de viande nettoyée se vide en moins de 2 heures et Inès la remplit à nouveau. L’astuce adoptée par les vendeuses sur le site, c’est d’immerger des blocs de glace dans les récipients pour que la viande reste fraîche tout au long de la journée. Un petit thermos à glace est d’ailleurs posé à côté. Olianie Nizei se ravitaille depuis plus de trois ans en bordure de route à Nkometou et Obala dans le département de la Lékié, région du centre. Elle en achète à 5000F par seau de 15 litres durant la période haute comme en juillet et à 10.000F en saison sèche. « Nous nettoyons 5 seaux de 15 litres chaque matin entre 4h et 6h. Ça nous donne 2 cuvettes de 20 litres de chair», explique la commerçante. Toutes les parties se vendent La jeune dame qui dit collaborer avec son frère aîné, affirme que chaque partie de l’escargot se vend. «La bave d’escargot coûte plus cher que la chair. 33cl à 3.000F, 0,5 litre à 5000F, 1 litre à 10.000F et 1,5 litre à 15.000F», confie-t-elle avant d’ajouter: « Même les coquilles ont un prix». Les restaurateurs, les naturopathes et les revendeurs en raffolent. En vendant deux glacières de 20 litres six jours sur sept, elle réalise pas moins de 3000F de bénéfice par seau. De même, dans la région du Sud-Ouest Cameroun, Nina a fait de la vente des escargots séchés son activité principale. C’est avec une technique bien à elles, que Nina et ses employées se débarrassent des coquilles de ses escargots et ensuite de leur glaire. Une fois plongés dans de l’eau bouillante, les mollusques sont séchés et empaquetés. Une activité rentable en somme. « J’ai pris mon téléphone, cette image

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App