[Économie] La BAD accusée d'aggraver le problème de la dette des pays africains

La BAD, chiffres à l’appui, a prouvé qu’elle prête moins d’argent que la Banque mondiale. La Banque Africaine de Développement (BAD) est accusée d’aggraver le problème de la dette des pays africains. Ces diatribes ont été formulées lors du forum de la Banque mondiale tenu à Washington, aux États-Unis. C’était le 10 février 2020. Le directeur de cette instance financière mondiale David Malpass, a reproché à la BAD de « prêter trop rapidement et d’aggraver le problème de la dette ». Des propos « inexacts et infondés… Réagissant à cette sortie, la banque panafricaine a dénoncé des propos « inexacts et infondés… mettant en cause l’intégrité » de l’institution. La BAD a aussi été critiquée par le directeur de la Banque mondiale pour son action au Nigeria et en Afrique du Sud. Mettant les deux pays dans une situation budgétaire difficile. La BAD, chiffres à l’appui, a prouvé qu’elle prête moins d’argent à ces deux pays. En tout cas pas comme la Banque mondiale. D’ailleurs, les rapports de l’institution de Bretton Woods parlent d’un prêt de 8,3 milliards de dollars pour le Nigéria. Ainsi que et de 2,4 milliards de dollars au titre de l’année 2018 à l’endroit de l’Afrique du Sud. Ceci contre 2,1 milliards de dollars et 2 milliards de dollars pour la BAD. Manque de transparence La Banque panafricaine a aussi contesté les charges de manque de transparence. Elle souligne qu’elle applique les normes internationales adoptées par la Banque mondiale. Enfin, la BAD rappelle qu’elle reconnait la tendance d’aggravation de la dette des pays africains. Mais note qu’il faut continuer d’aider ces économies vu les besoins en financement du continent africain. Notons que la BAD a un portefeuille actif au Cameroun de 30 projets. Ce qui fait des engagements de 1 340 milliards de FCFA. Ce portefeuille est en augmentation de 465 milliards de FCFA par rapport à celui de 2018 et qui comprenait 23 projets. Soit 14 projets nationaux, 5 projets régionaux, et 4 projets du secteur privé.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps