[Économie] Gestion minière : le Cameroun drible la Banque mondiale

Celui qui a aidé l’Etat du Cameroun à prendre son indépendance dans le secteur est le cabinet de conseil Drake & Bart. Ce cabinet a été mandaté pour définir un schéma institutionnel qui doit permettre au Cameroun de ne plus s’appuyer sur cette institution bancaire mondiale pour la gestion de son cadastre minier. Fin 2021, le Programme de renforcement de la capacité du secteur minier (Precasem) du Cameroun que finance la Banque mondiale depuis 2021 prend fin. Déjà, Yaoundé prépare la suite. C’est dans cette lancée que courant février 2021, une mission est lancée pour savoir comment l’Etat du Cameroun doit pérenniser la gestion de son cadastre minier et de ses données géologiques sans l’appui des équipes de l’institution de Bretton Woods pour l’instant dédiées à ce programme. Le Cameroun a alors opté pour les consultants issus du cabinet de conseil parisien Drake & Bart, très actif dans les industries extractives en Afrique. Ceux-ci devront notamment déterminer un schéma institutionnel permettant à l’Etat de gérer ces aspects du secteur minier, alors que, jusqu’à présent, rien n’est prévu. Eramet Si le Precasem est rattaché directement au ministère des mines, de l’industrie et du développement technologique, d’autres options sont envisagées pour la gestion du cadastre. « Un établissement public dédié pourrait être créé ou un placement de cette mission sous la tutelle de la toute nouvelle Société nationale des mines (Sonamines) », soutient Africa Intelligence, de ce 11 mars 2021. Créé en décembre 2020, la Sonamines vise à promouvoir le développement du secteur minier national. L’objectif est d’assurer la promotion des mines auprès des investisseurs étrangers par les équipes de l’Etat camerounais lui-même, afin de renforcer la place du secteur dans le PIB national, encore très dépendant des hydrocarbures. « Toutefois, aucune mine industrielle n’est, à l’heure actuelle, en production au Cameroun, bien que l’arrivée du groupe français Eramet en 2019 dans le projet de rutile d’Akonolinga fasse l’objet de grands espoirs de la part des autorités », souligne le journal français.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps