[Économie] Fraude salariale : les comptes des décédés font déjà 13 milliards de FCFA

Lancée en avril 2018, et évalué à 30 milliards, l’opération d’assainissement du fichier solde et autres ayants-droits ont, à date, donné de renflouer les caisses de l’Etat. C’est par un communiqué daté du 08 janvier 2018, que Louis Paul Motazé, le ministre des finances ( (Minfi) faisait encore lumière sur l’état de gestion frauduleuse et perverse des salaires au Cameroun. A travers ce communiqué, le membre du gouvernement soupçonnait déjà des manœuvres frauduleuses qui amenaient à siphonner le trésor public par le biais des salaires des personnes fictives ou décédées. A ce jour, plus de ‘ lO milles 55 ex-agents publics ont été répertoriés être à la solde des pensions de réversion d’invalidité et/ou de décès. « L’opération de collecte des actes constitutifs des droits y relatifs a été menée auprès des administrations émettrices, en vue d’extirper du fichier solde les bénéficiaires frauduleux desdites pensions. Au terme de cette opération, les actes de près de 10055 pensionnés du fichier solde actuel n’ont pu être retrouvés, ce qui fait douter de la légitimité des droits qu’ils continuent de percevoir ». Révèle le Minfi avant d’ajouter, « sont concernés : les ayants droit qui bénéficient de la pension de réversion des agents de l’État décédé et les agents de l’Etat en situation de handicap qui touchent une pension d’invalidité ». Notons tout de même que. ledit recouvrement il y a 2 ans, intervenait alors que l’économie budgétaire annuelle tournait autour d’au moins 1000 milliards FCFA pour environ 310000 employés publics. En dressant le bilan de l’année 2020, la direction générale du budget (DGB) dudit ministère a révélé que grâce à l’opération d’assainissement du fichier solde l’État engagé en 2018, le trésor public a recouvré auprès de banques et des microfinances 12,9 milliards de FCFA de salaires et pensions virés dans les comptes des décédés. Lequel montant de 12,9 milliards de FCFA il faut le rappeler, ne représente que près de la moitié du montant qui reste encore à recouvrer au titre des salaires et pensions virés dans les comptes des décédés et dont la valeur est estimée à 30 milliards. Car, «l’audit des comptes des décédés dans les banques et les microfinances a permis d’identifier une somme de 21,8 milliards de FCFA virés après le décès fin janvier 2020 ». Justifie le secrétaire général du ministère des Finances, Gilbert Didier Edoa, lors de la conférence annuelle de l’ensemble des services de ce département ministériel. Recouvrement qui compte se poursuivre aussi pour l’exercice 2021.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps