[Économie] Forêt de l'Est : 45 834 995 FCFA issus des bois illégaux saisis

Malgré les efforts de la délégation régionale des Forêts et de la faune, le volume du bois saisi et vendu aux enchères depuis janvier 2019 démontre l’ampleur du mal. «La délégation régionale des Forêts et de la Faune de l’Est dans son ensemble a opéré des saisies tellement importantes qu’à un moment donné, nous nous posions nous-mêmes la question de savoir si le nombre et l’ampleur de ces saisies était synonyme d’efficacité ou d’inefficacité. Parce que nous pensons que lutter efficacement contre, l’exploitation forestière illégale conduit à limiter, voire à annuler les coupes illégales de bois. Mais malheureusement, il y a un effet inverse. Car plus nous saisissons, plus nous enregistrons des coupes illégales de bois. Donc, le bilan est assez mitigé ». Ces propos de Georges Amougou Ondoua, délégué régional des Forêts et de la Faune de l’Est démontrent à suffisance l’ampleur de l’exploitation illégale des forêts de l’Est. Dans le département du Lom et Djérem, plusieurs foyers de l’exploitation illégale ont été répertoriés par la délégation régionale du Minfof à Bertoua. Il s’agit des localités de Gouékong, Woutchaba, Ndoumbi, Koundi, Gbakombo, Ekombitié. Dans ces localités, apprend-on sur le terrain, les exploitants illégaux profitent des anciennes pistes forestières laissées par la défunte société forestière et industrielle de Bélabo (Sofibel) pour entrer les forêts, pour la plupart classées forêts communautaires. C’est d’ailleurs de ces zones que sont sortis 150 m3 du bois illégal saisis lors d’une opération coup de poing organisée par la délégation régionale en 2012. Depuis janvier 2019 et selon les statistiques présentées par Ombolo Tassi Engels Edding, chef de la brigade régionale des opérations de contrôle forestier, le bois illégalement coupé et saisi par les agents du Minfof à l’Est a déjà généré une somme de 45 834 995 Fcfa. En somme, déclare-t-il, 58 procès-verbaux de constatation d’infraction (Pvc) ont également été établis avec une amende générale de 32144 560 Fcfa. « Cependant, il faut noter que cette recette ne concerne que les petits dossiers car s’il faille tenir compte des dossiers qui ont été acheminés à Yaoundé, je crois que ce chiffre sera multiplié par six », explique notre interlocuteur. Au-delà du bois effectivement saisi et vendu aux enchères, la cour de la délégation régionale des Forêts et de la faune de l’Est est également inondée par des grandes quantités de bois saisis mais non encore liquidé.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps