[Économie] Exploitation artisanale : près de 38 kg d'or retracés

Dans le cadre du prélèvement de l’impôt synthétique auprès des sociétés de l’artisanat minier peu mécanisées, au 15 octobre 2020, 37 215,40 grammes ont été collectés pour le compte de l’exercice en cours et 171 grammes au titre des arriérés de 2019. SELON le ministère des Mines de l’industrie et du développement technologique (Minmidt), 276,26 grammes d’or issus des exploitations artisanales ont été recouvrés en 2020 au titre des arriérés de 2019. Dans le cadre du prélèvement de l’impôt synthétique auprès des sociétés de l’artisanat minier peu mécanisées, au 15 octobre 2020,37 215,40 grammes ont été collectés pour le compte de l’exercice en cours et 171 gr au titre des arriérés de 2019. Ce qui fait un total global de 37662,66 grammes (37,66 kg) d’or tracés au 15 octobre 2020. Pour le Minmidt, il s’agit là d’une légère avancée, car selon le Cadre d’appui à l’artisanat minier (Capam), le Trésor public camerounais perd chaque mois environ un milliard de FCFA à cause de la dissimulation des quantités d’or produites par ces sociétés minières. Le gouvernement camerounais a alors mis en place le Capam, non seulement pour contrôler et évaluer la production réelle des artisans et entreprises minières, mais aussi encadrer les artisans miniers dans la commercialisation de leurs produits. Le programme prélève aussi directement la part de l’Etat, dans le cadre des contrats de partage de production en vigueur dans ce secteur. Mais toujours est-il que, selon la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), le Cameroun n’est pas reconnu de manière officielle comme producteur encore moins comme exportateur d’or. En effet, selon son rapport sur « l’évolution des cours des principaux produits de base exportés par les pays de l’espace communautaire au 3ème trimestre 2020», la Beac affirme que «dans la Cemac (hormis le Cameroun, le Congo, la RCA, le Tchad et la Guinée équatoriale), seuls la république Centrafricaine et le Gabon produisent et exportent de l’or». Pourtant, le Cameroun a agréé de nombreuses sociétés minières qui exploitent l’or dans la région de l’Est, aux côtés des milliers d’orpailleurs artisanaux. Malgré cette production existante, les autorités publiques camerounaises reconnaissent tout de même que le commerce de l’or dans le pays est dominé par l’informel. Officiellement, à peine 5% de la production aurifère nationale est écoulée dans les circuits formels. Ce qui pourrait justifier l’absence du pays du fichier officiel des producteurs et exportateurs d’or de la zone Cemac.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps